Rosaleen McCartney

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rosaleen McCartney

Message par Rosaleen McCartney le Dim 17 Aoû - 19:29


Rosaleen McCartney

† Vampire †



La vie a une fin, le chagrin n'en a pas.


crisortega

Info' personnelles
¦ Nom ¦McCartney
¦ Prénom ¦Rosaleen
¦ Âge ¦263 ans (22 auparavant)
¦ Sexe ¦féminin
¦ Orientation ¦Ne sais plus vraiment
¦ Région ¦ Manhattan
¦ Résumé rapide du personnage ¦
"Disons que j'aurais préféré finir autrement.
Je ne cherche pas les conflits puisque je n'en veux pas. Je ne cherche pas l'amour puisque je l'ai perdu. Vous allez penser que je suis dépressive et pessimiste... C'est peut être le cas. Je ne voulais pas que mon histoire se termine comme ça. Certains vont surement dire que j'ai cherché cette situation; certes mais aujourd'hui je la subi.
Comme je vous l'ai dit, j'aurais préféré finir autrement."


Condition physique

¦ Taille ¦1m72
¦ Poids ¦60kg
¦ Cheveux ¦Roux
¦ Yeux ¦Bleux clairs


"Ma pureté est tachée du sang des innocents" - Rosaleen McCartney‏
Sa peau claire et satinée, son teint rosé et ses lèvres pulpeuses, la belle "jeune" fille a tous les atouts pour plaire.

La forme longue et fine de son visage, encadre de façon harmonieuse tous les éléments qui le composent. Sous des sourcils fins et bien marqués, ses yeux de biche, habillés de longs cils, sont d'un bleu clairs les rendant très vif. Ses lèvres pulpeuses souvent accompagnées d'un rouge à lèvre rosés découvrent son sourire doux et éclatant. Son gracieux petit nez reste discret dans le visage entouré par les pommettes saillantes, on dirait presque le visage parfait d'une poupée de porcelaine.
Ses longs cheveux roux à reflets blonds sont très bien ondulés et lui donne une aura très chaleureuse.

Les boucles terminent sur son corps qui est tout aussi bien modelé que son visage.
Elle mesure un mètre soixante-douze pour 60kg ce qui est très raisonnable vu son état psychologique. Sa silhouette est assez élancée avec de belles courbes très séduisantes. Son buste fin accompagne sa belle et généreuse poitrine souvent relevée par un corset. Ses mains sont longues et délicates, tellement douce au toucher qu'on aurait peur de les lui casser. Elles frôlent gracieusement ses larges hanches et ses jambes tout à la fois fines et toujours munies de ces belles courbes. Son corps fini sur de petits pieds tout aussi fins et délicats.

Elle ne fait pas de sport en particulier mais quand elle vivait toujours en Angleterre, elle pratiquait souvent l'équitation. Plus par plaisir que par esprit sportif, quoi de plus beau que les cheveux d'une fille dans le vent. Mais depuis l'accident, Rosaleen a perdu sa joie de vivre et se complaît dans la solitude et l'obscurité de sa demeure. Seule, des larmes coulent le long de ses joues soulageant quelque peu la tristesse et le vide de son cœur.

Au niveau du goût vestimentaire, elle reste très féminine et sophistiquée. Elle a eu beaucoup de mal à s'adapter à l'évolution du monde qui l'entoure, passer d'une robe de l'époque à une tenue plus moderne est un sacré changement. Elle se limite donc à porter une tenue moderne en dehors de sa demeure pour passer inaperçue aux yeux des passants, corset blanc, jean et hauts talons marrons sont largement suffisant avec parfois une veste de cuir brun clair.

Chez elle, elle porte de longues robes d'époque avec toujours un corset pour maintenir son buste et sa poitrine.

Elle aime aussi porter de belles parures comme des colliers, des boucles d'oreilles ou encore d’imposants bracelets mais son bijou qui la caractérise le plus reste tout de même une fleur dans ses cheveux soyeux. Là encore, elle fait attention de rester sobre dans le choix de ses bijoux lorsqu'elle se rend en extérieur.


¦ Particularité physique ¦
Rosaleen a de petites cicatrices au niveau de son ventre.  

Dossier psychologique


Rosaleen est une jeune femme souffrant de dépression. Elle a tendance à rester bloquée dans les erreurs de son passé ce qui l'empêche d'avancer et de croquer la vie à pleine dents comme autrefois.

Cette jolie fille cherchait les regards, à captiver l'attention des gens pour que le monde ne tourne qu'autour d'elle. Elle aimait l'amusement, elle aimait l'amour et l'idée d'aimer, de se sentir protégée. Grande romantique au cœur de velours, la relation qu'elle entretenait avec Charles était pour elle une bénédiction et restera d'ailleurs fidèle à cet amour tout le long de sa vie.

Mais un événement tragique va provoquer en elle une cassure émotionnelle intense ce qui la poussera à changer totalement de personnalité. Ce beau sourire s'est effacé, elle est renfermée sur elle-même et souhaite être invisible aux yeux de tous car sa vie n'a pas d'importance. Sa mélancolie la laisse ressasser son passé ce qui la plonge dans cette dépression permanente où seule, elle adopte un comportement autodestructeur qui la pousse à s'infliger des blessures ou rester immobiles pendant des heures devant de vieux portraits. Elle n’est pas quelqu'un de courageux, ni d'audacieux et a plutôt tendance à se reposer sur les autres.

Malgré tout, au fond d'elle subside un reste qui apprécie le fait de se sentir importante et de se sentir protégée. Elle garde également un certain sens du contact, bien qu'elle n'aille pas aussi facilement à la rencontre des gens, elle sait écouter leur histoire et les trouver intéressant, chacun à leur façon.

Les gens qui savent l'amadouer et faire en sorte qu'elle les apprécie sont alors devenus pour elle vitale. Elle s'attache trop vite et trop facilement à d'autres personnes en pensant que c'est réciproque.

Rosaleen coupera tout lien vers son ancien amant, mais elle recherche encore aujourd'hui ce conte de fée qu'elle a vécu. Elle veut revivre les mêmes sensations, éprouver le même amour avec la même intensité. Mais son expérience la poussera à installer rapidement de la jalousie et supportera mal l'absence de l'être aimé. Rosaleen est une femme très sensible et très instable, elle place ses repères sur les gens et leur disparition provoque en elle des sautes d'humeur qui affecte énormément son comportement. Même si elle n'ose pas l'admettre, elle a besoin de parler et de ne plus ressentir cette souffrance qui la ronge. Elle a besoin d'aide pour ne plus se mépriser et enfin avancer.



¦ Qualités(5) ¦

-Discrète
-Attentive
-Aimante
-Fidèle
-Loyale
¦ Défauts(5) ¦

-Lunatique
-Autodestructrice
-Mélancolique
-Jalouse
-Névrosée
¦ Aime ¦
-Etre aimée
-Les chevaux
-La nature
¦ N'aime pas ¦
-Etre trahie
-La violence
-La manipulation


Vampire blood
¦ Clan ¦ Ventrue
¦ Génération ¦7ème Génération
¦ Secte ¦La Camarilla
¦ Poste ¦ Harpie
¦ Attachement à un groupe ¦
¦ Discipline ¦Présence, Fortitude, Dominate

Biographie


C’est dans une petite région du sud de l’Angleterre que commence l’histoire de Rosaleen McCartney. Descendante d’une famille irlandaise bourgeoise, elle vivait dans les quartiers aisés au nord de Londres dans une belle et grande demeure connue pour être entourée par de nombreux rosiers. Les parents de Rosaleen étant disparus lorsqu'elle était encore qu'une enfant, c'est Giselle, la gouvernante, qui l'a élevée comme sa propre fille. Elia, la fille de Giselle, et Rosaleen sont dès lors devenue très complice comme de vrais sœurs et veillaient l'une sur l'autre.

Une fois l’âge adulte atteint, Rosaleen prit la direction de la maison et laissa entrer plus de divertissements au sein de sa prestigieuse demeure. Elle prenait le thé avec les dames du quartier, organisait des bals chez elle pour user de son charme sur les hommes en manque d'amour. Il lui arrivait également d'accompagner les beaux jeunes hommes lors de leurs chasses à courre. Sa vie était bien remplie, mais cela ne la fatiguait pas, elle y prenait même une certaine satisfaction personnelle.

C’est lors d'une de ces soirées, durant les nuits froides de décembre, qu’elle rencontra Charles ; un beau jeune baron, bruns aux yeux sombres mais cendrés ce qui lui donnait tout son charisme. Cette connexion paraissait réciproque mais pour une fois, ce n’était pas l’argent qui attirait Rosaleen, plutôt ces regards qui l’envoûtaient. Cette soirée-là,  Charles s’était avancé vers Rosaleen, ils avaient dansé et ne s’étaient pas quittés de la nuit se tenant chaud au creux de l'hiver.

Depuis leur rencontre, Rosaleen ne pouvait plus se passer de Charles, elle le considérait comme son âme sœur. Ils faisaient de nombreuses balades à cheval dans les plaines d’Angleterre, se rencontraient lors de chasses et se retrouvaient dans la demeure de Rosaleen pour partager des moments plus intime. Aux yeux des servantes, cette  relation devenait toxique. Elles reconnaissaient de moins en moins celle qu'elles avaient vu grandir.

Un jour, Charles se présenta à Rosaleen avec des idées nouvelles, d'élargir leur horizon et de visiter des endroits et des bals différents de ceux qu’ils connaissaient. Rosaleen, totalement envoûtée par son amour, n'essaya même pas de contester ses désirs même si la situation actuelle la satisfaisait largement. Elle se prêta au jeu et ils commencèrent à fréquenter des maisons closes où ils eurent de nombreuses relations avec d’autres hommes mais aussi d’autres femmes. Le physique de Rosaleen plaisait clairement à la plupart des autres participants mais elle gardait les yeux rivés sur son amant qui devenait chaque jour un peu plus son seul intérêt.

Un soir d'été 1751, Charles commença à se montrer distant. Il sortait de plus en plus le soir sans sa compagne, la faisant attendre devant sa fenêtre dans le noir. Durant ces moments, elle se mettait à pleurer, non pas de chagrin mais de jalousie. L’idée qu'il ne la considérait plus comme une priorité l'attristait. Malgré tout, elle l’attendait, encore et toujours devant sa fenêtre parfois jusqu'à l'aurore. Il lui arrivait de ne pas dormir durant plusieurs nuits laissant place à des cernes sous ses petits yeux.

Giselle et Elia s'inquiétaient de plus en plus, elles avaient essayé mainte fois de la faire dormir ou encore de la faire patienter sans que ses beaux yeux bleus ne se mouillent. Tout ce qu'elles pouvaient faire était d'attendre avec elle et de lui préparer des tisanes qui la réconfortaient quelque peu. Rosaleen ne leur portait plus d’importance depuis sa rencontre avec Charles, elle avait oublié cette famille qui lui avait tant donné, et même dans ces moments de faiblesse, leur présence lui importait peu.

Puis cette nuit arriva. Rosaleen dormait depuis quelques heures quand se fit réveiller par l'homme qu'elle attendait. Son bel amant lui paraissait totalement différent de celui qu'elle connaissait. Non pas que son physique avait changé mais son attitude n’était plus la même. Il paraissait nerveux et agité. Puis il se mit à sourire pour rassurer sa bien-aimée. Jusqu'à ce que Rosaleen sursauta et se retint de pousser un cri d’effroi.
Deux canines massives avaient poussé et Charles lui chuchotait doucement tout en souriant qu’il avait enfin atteint son objectif. Totalement tétanisée, Rosaleen lui demanda :

« Mais enfin Charles, de quel objectif me parles-tu ?
-Je l’ai atteint, ma douce, je l’ai atteint, répondit-il sans cesse.
-Mais quoi donc ?
-Je suis immortel, vivant à jamais dans la jeunesse éternel. »

Rosaleen ne comprenait pas ce que lui racontait Charles. Elle était persuadée qu'il s'agissait encore d'un de ses nouveaux jeux, mais celui-ci la terrifiait.

« Enfin Charles, que dis-tu ? Je ne te suis plus. Qu’as-tu fait pendant toutes ces nuits ?
-Je ne peux t’expliquer la raison de mon comportement et je ne veux point te l’expliquer. Je veux que tu le vives et que tu me rejoignes et ainsi nous pourrons vivre ensemble à jamais, dans l’immortalité de notre amour. »

Charles l’avait pris par ses sentiments semant la confusion dans son esprit. Terrifiée, excitée, admiratrice, Rosaleen ne savait plus quoi penser, mais elle ne pouvait dire non à l'homme qu'elle aimait plus que tout au monde. Après un petit temps de réflexion, la naïveté répondit à sa place :

« Vivre à tes cotés à jamais serait la plus belle chose qui puisse m'arriver. J’aimerai tellement te rejoindre, Charles, mais par quel moyen y arriverai-je ?
-Je le ferais pour toi, ma belle, découvre seulement ton cou de tes cheveux et ferme les yeux.
-Comment ?, dit-elle, surprise.
-Ne bouge pas, ma douce, et laisse toi faire, tu ne sentiras rien. »

Elle prit ses cheveux, les plaça délicatement sur le côté droit de sa nuque et ferma les yeux. Charles se pencha sur le côté dégagé de son cou frêle et l'embrassa tendrement. De baisers tendres, il se mit à lui lécher le cou tout en lui tenant la main. Rosaleen sentait son souffle saccadé sur sa nuque et le son en devenait insupportable mais elle n’osait le repousser, complètement livrée à lui.

Soudain, elle sentit deux pointes saillantes lui percer la peau. Elle se crispa brutalement et sentit d’immenses douleurs lui parcourir les membres. De plus en plus faible, elle se sentait défaillir. Le sang de son cou coulait rapidement jusqu’à être avalé goulûment par Charles. Le lendemain, Rosaleen se leva avec peine. Cette nuit était étrange, elle se rappelait de son rêve ou plutôt de son cauchemar. Elle passait en revue ses souvenirs de cette nuit ; il y avait enfin Charles qui était revenu, jusque-là tout semblait normal, jusqu'au moment où elle se rappela qu'il avait transpercé sa peau tout en aspirant sa vie. Elle regarda à côté d'elle tout en passant sa main sur les draps de soie, Charles avait disparu.

Soudain, elle sentit que son cou et ses gencives la torturaient, elle monta alors sa main au niveau de son cou et sentit deux petits trous. Les deux crocs de son amant lui avaient bel et bien perforé la peau. En frottant sa plaie, elle laissa couler quelques gouttes de sang sur le tapis. La peur la gagnait et pour confirmer ses craintes, elle décida de vérifier ses dents. L’effroi fut terrible quand elle découvrit que ses dents, auparavant parfaitement aligné, laissaient place à deux énormes canines similaires à celles de Charles. Rosaleen éclata en sanglots se demandant quel genre de monstre elle était devenue et s'enferma dans sa chambre à l'abri du regard de sa famille et de ses amis.

Elle avait une étrange faim, sans doute due à l'émotion éprouvée durant la nuit. Elle se rendit discrètement dans les cuisines pour se préparer un en-cas. Après avoir mangé, elle ressentit presque immédiatement de violentes nausées et se mit à vomir ce qu'elle venait d'ingurgiter. Les douleurs abdominales étaient de plus en plus forte et quand enfin elles s’arrêtèrent, elle retourna dans sa chambre et s'isola de nouveau. Elle se sentait faible et cette faim était toujours présente. Une curieuse envie de sang lui monta à la tête, elle avait l’impression de devenir folle.

Le soir même, elle entendit frapper à la porte de sa chambre, c'était Charles. Elle le découvrit avec du sang sur le visage et un sanglier dans ses bras. Elle recula et le laissa entrer sans poser de questions. Charles déposa l'animal mort sur le tapis et lui ordonna de mordre dedans. Par dévotion, elle l’écouta et mordu dans la masse. Une intense rage l’emporta au contact du cadavre encore tiède. Elle buvait avec une telle ferveur qu’elle aurait pu vider tout le sang de l'animal à elle toute seule. Charles la regardait faire avec un air de satisfaction tout en lui caressant le dos comme un chien bien dressé. Elle s’arrêta, repue de son dîner avec une goutte de sang sur ses lèvres et se retourna vers son amant avec un air d’écœurement,  pour lui poser une question :

« Que sommes-nous ?
-Nous sommes devenus des vampires, créatures immortels de la nuit, buveur de sang à crocs saillants. Je m’occuperai de te nourrir la nuit mais pour le moment ne t’approches pas des autres personnes, tu n’es pas encore prête », disait-il tout en essuyant de son pouce la trace de sang sur le visage de sa bien-aimée qu'il porta à ses lèvres.

Sur ces mots, Rosaleen l’écouta et alla se coucher. Les nuits passaient, Charles continuait de lui apporter des cadavres tièdes mais bientôt cela ne suffisait plus. Elle avait besoin de plus de sang,  plus régulièrement, sa faim devenait trop grande.

Son esprit n'était plus clair et la Torpeur l'envahissait aux dépits de Charles qui ne trouvait aucune solution. Seules les chansons d'amour aux tendances dépressives aidaient Rosaleen à se calmer pour attendre le levé de la lune. Durant la nuit, sa famille frappait de temps en temps à la porte de sa chambre car l'inquiétude les gagnait de plus en plus. Mais Rosaleen ne leur ouvrait pas tout en leur demandant sèchement de la laisser seule. Les larmes aux yeux, elle s'en voulait de devoir leur mentir mais il n'y avait aucune autre solution.

A l'arrivée de l'automne, son état continuait de s'empirer. La Frenzy avait pris le dessus et l'obsédait jours et nuits, rien n'y faisait, même les chansons ne la calmaient plus. Pour soulager la soif qui la rongeait, elle s'infligeait des entailles au ventre. Le peu de sang qui s'écoulait ne l'intéressait pas, cette habitude ne lui servait juste qu'à détourner sa douleur vers quelque chose qu'elle pouvait contrôler et dont elle prenait un certain plaisir‏. Une nuit, Charles ne revint pas. Rosaleen avait tellement faim qu’elle n’arrivait plus à penser sainement. Et là, comme chaque soir, on frappait à sa porte, elle l'ouvrit rapidement mais sur le seuil, ce n'était pas Charles mais Elia.

Emportée par sa faim, Rosaleen lui sauta au cou et lui planta ses crocs avant même qu'elle n'eut le temps de crier ou de fuir. Elle la cramponnait fermement tout en lui aspirant son âme. Elia ne laissait s'échapper que des sanglots, et quelques larmes lui coulait de ses yeux, elle ne comprenait pas ce qu'il se passait mais se sentait de plus en plus faible. Dans un ultime effort, elle leva son bras vers Rosaleen et heurta le meuble juste à côté d'eux.

Giselle depuis sa chambre fut réveillée en sursaut par le bruit d'un vase qui se brisait. Ce bruit venait de la chambre de Rosaleen, elle devait être encore malheureuse à cause de l'absence de son Don Juan. Elle s'y rendit pour la consoler, mais arrivée sur les lieux, elle vit Rosaleen penchée sur le corps d'Elia. Rosaleen leva la tête, le sang encore frais sur les lèvres. Effrayée, Giselle se retourna pour s'enfuir, mais fut plaquée au sol par celle qu'elle voulait protéger. Rosaleen la vidait à son tour de son sang et fut tellement repue qu'elle se coucha sur le sol.

Quelques heures plus tard, Rosaleen ouvrit les yeux et retrouva ses esprits. Elle se releva et pris conscience de ce qu'il venait de se passer. Elle regarda avec horreur les deux corps gisant et ensuite regarda sur ses mains. Du sang les recouvrait, écœurée, elle frotta ses mains violemment dans sa robe pour que cette couleur disparaisse. Les larmes ne s'arrêtaient plus de couler, elle venait de tuer les deux personnes qu'elle aimait le plus, son seul lien vers le monde réel. Elle était devenue un monstre par amour, et cet homme qu'elle aimait l'avait abandonné cette nuit, la laissant assassiner sa famille. Afin de rendre à Elia et Giselle un peu de cette dignité qu'elle venait de leur voler, elle les lava, les habilla convenablement et les enterra à côté de la pierre tombale de ses parents. Elle déposa deux roses blanches et partit rapidement sa demeure.

Rosaleen emporta le minimum nécessaire à sa survie, s’habilla d'une tenue plus sobre dont une cape munie d'un capuchon pour la protéger du soleil. Elle laissa sa vie, sa famille, son amant derrière elle et partit en direction du port. Son voyage dura deux jours à dos de cheval, deux longues journées durant lesquelles les visages d'Elia et de Giselle la hantaient et durant lesquelles elle avait réussi à ne pas faire d'autres victimes innocentes.

Arrivée au port au plein milieu de la nuit, elle attacha son cheval près d’une écurie et se chercha un abri. La brume s'était levée, rendant l'atmosphère plus pesante que celle de sa chambre. Elle traversa les ruelles de la ville jusqu'à un bâtiment encore éclairé. Elle s'en approcha et découvrit une taverne encore ouverte. Elle y entra, demanda une chambre et se posa dans la pièce commune de la taverne, épuisée. Sa tranquillité fut troublée par la présence d'un petit groupe, une aura se dégageait d'eux, une aura de vampire. Mais elle était différente de celle de Charles, elle paraissait plus douce et rassurante.  Ils étaient souriants et joviaux, bien plus chaleureux que ce qu'elle connaissait du monde. Intriguée, elle s'avança lentement vers eux et se présenta :

« Bonjour, désolée de vous déranger, j'ai ressenti que vous étiez comme moi. Je ne cherche pas de problèmes, seulement de l'aide. Je me nomme Rosaleen McCartney et…
-McCartney ? Comme Georges McCartney du clan Camarilla ?, dit un homme qui la coupa dans son élan.
-En effet, je connais bien un Georges McCartney, c'est mon oncle. Mais je le croyais mort depuis des années ! , répliqua Rosaleen totalement surprise.
-Même s'il n'en parle que rarement, je sais qu'il est d'ici, cela ne m'étonnerai donc pas que vous soyez de la même famille. Ton oncle habite à Manhattan, l'Angleterre est fort loin pour qu'une jeune femme fasse le voyage seule. Nous prenons un bateau demain soir pour New York, tu n'as cas nous accompagner. »

L'opportunité qui s'offrait à elle était totalement dénuée de sens mais tombait à pic. Retrouver de la famille et avoir la possibilité de fuir Charles étaient inespérés. Rosaleen accepta la généreuse proposition et passa le reste de la soirée à leur côté. Leur gaieté soulageait un peu son cœur meurtri, même si elle restait assez réservée par rapport à ses compagnons.

Comme prévu, elle embarqua le lendemain soir sur le Queen Mary, un long navire aux voiles argentées avec comme proue une belle felle entourée d'un tissu et de roses. Rosaleen n'avait jamais voyagé sur l'océan, le tumulte des vagues lui donna vite la nausée mais s'y habitua après quelques jours. Heureusement que le groupe qui l'accompagnait était sympathique et joyeux, seule, elle se serait sûrement torturée l'esprit avec les événements qui s'étaient produits. Elle ne pouvait pas oublier ce qu'elle avait fait, ça la poursuivrait toute son éternité.

La traversée fut rude et l'arrivée du navire aux quais de Boston était pour elle un soulagement. Elle avait réussi, elle avait fui l'emprise de Charles et ses erreurs du passé. Mais il restait encore du chemin jusqu’à Manhattan. Le groupe traversa le pays en diligence ce qui dura plusieurs longs mois. Le voyage était épuisant et les crises de Torpeur de Rosaleen réapparaissaient quelques fois mais le groupe l'aida à se maîtriser. Plus le temps passait, plus elle s'en sortait et moins elle souffrait. Elle en apprit également plus sur son oncle et la vie à Manhattan. Cette grande ville était dominée par la Camarilla, un clan de vampire. Rosaleen ne pouvait s'imaginer que le monde était contrôlé par tant de vampires sans que les humains, tellement naïfs, ne s'en rendent compte.

La diligence déposa le petit groupe devant un manoir somptueux au nord-ouest de la ville. L'homme qui lui avait annoncé l'existence de son oncle utilisa la petite cloche à l'entrée pour faire entendre leur arrivée. Deux gardes ouvrirent les grilles du manoir et les accompagna jusqu'au portail. Le chemin y menant avait des dalles de pierres claires et était entouré de rosiers à fleurs blanches, ces mêmes roses qui entouraient sa demeure en Angleterre. Un homme les attendait sur le porche du manoir, quand Rosaleen l'aperçut, son visage lui était familier. C'était un homme avec une carrure imposante vêtu d'habits de seigneur. Il avait le crâne chauve et portait une fine moustache. Il avait les mêmes yeux bleus qu'elle et ses traits de visage le rendaient à la fois sympathique et très sérieux. Rosaleen sut replacer ce visage qu'elle connaissait bien, il était sur un portait dans le bureau de sa demeure en Angleterre.

A sa vue, l'oncle Georges s'avança vers elle ému et l'enlaça. Il remercia le petit groupe de la lui avoir ramenée, les récompensa, le groupe fit leurs adieux à Rosaleen et disposa. Dans le salon, Rosaleen et Georges commencèrent à parler, il lui expliqua pourquoi il n'était pas resté près d'elle en Angleterre.

« Ma nièce, ma grande fille, j'ai reçu cette missive peu après ton départ de Londres. Je m’en veux sincèrement de t’avoir laissé traverser cette épreuve seule. Tes parents et moi avions été transformés en vampire juste après ta naissance et comme tu t'en doutes, nous ne voulions pas que tu vives comme tel alors nous t’avons laissé dans la demeure avec Giselle et sa petite fille Elia. Nous te pensions en sécurité mais apparemment nous avions tort. Tes parents ont disparu peu de temps après notre départ et je n’ai pas pu reprendre contact avec toi car tu sais, il existe un règlement qui s’appelle la Masquerade et tu devras t’y soumettre en tant que vampire. Nous ne devons révéler notre identité à un humain. »
 
Rosaleen ne savait pas quoi dire, ni quoi ressentir, elle était étrangement secouée par ce qu'elle venait d'apprendre. L’évocation de Giselle et d’Elia lui donna directement un pincement au cœur, ce souvenir horrible de leurs visages pétrifiés par la mort remonta dans ses pensées.

« Tu auras ma protection et la protection de notre clan. La Camarilla peut t’accueillir et les Ventrue aussi. Bien évidemment, je t’apprendrai à te maîtriser et à contrôler tes pouvoirs. »

Après avoir parlé de longues heures, Georges fit visiter le manoir à Rosaleen et commença son instruction en tant que vampire.

Les saisons passèrent jusqu'au printemps. Rosaleen avait finalement pris le contrôle d’elle-même et n'aborda jamais les événements qui s’étaient déroulés avant son voyage avec son oncle. Ces souvenirs la faisaient souffrir mais elle ne pouvait en parler. Quant à Charles, elle n’arrivait pas à lui en vouloir, il avait été son amant et l’amour de sa vie pendant si longtemps qu’elle n’arrivait pas à le mépriser. Maintenant, elle voulait juste être protégée et appendre à vivre avec la créature qu'elle était. Elle vivait une vie confortable au manoir, mais ne pouvait profiter plus longtemps de la générosité de son oncle. Il lui légua une maison et quand elle l’eut assez confiance en elle, elle fit de nombreux voyages et en ramena des anciennes reliques de ses expéditions. Elle n’eut tout de même pas le courage de retourner en Angleterre.

Les années passèrent, et l'humanité se développa. Rosaleen eu du mal à s'adapter à ces nouveaux modes de vie. Elle ouvrit une petite boutique d'antiquités dans le centre de Manhattan grâce aux reliques qu'elle avait ramené de ces voyages. Elle n’avait pas d’entourage ou d’amis particuliers hormis son oncle qui restait son seul contact. La solitude l’avait gagné depuis toutes ces années et à vrai dire, 200 ans, c’est long.



¦ Profession ¦Indépendante
¦ Occupation ¦Antiquaire
¦ Résidence  ¦Une maison secondaire de son oncle
¦ Jeu +16?  ¦
¦ Code de validation  ¦



Dernière édition par Rosaleen McCartney le Dim 24 Aoû - 10:59, édité 5 fois
avatar
Rosaleen McCartney
Vampire
Vampire

Citation : Ma souffrance est ma vengeance contre moi-même
Féminin Messages : 19
Bloods : 26
Date d'inscription : 07/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Master of the Night le Dim 17 Aoû - 22:48

Hooo, une Harpie!  I love you  J'ai vraiment hâte de voir la fin de ta fiche!!
avatar
Master of the Night
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu

Messages : 135
Bloods : 186
Date d'inscription : 22/01/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Karmina Lolth le Dim 17 Aoû - 23:08

Bienvenue! Bien hâte de voir la fin de ta fiche aussi! Ton personnage a l'air sympa!!
avatar
Karmina Lolth
Ghoule
Ghoule

Citation : Rescue me somehow...
Féminin Messages : 30
Bloods : 57
Date d'inscription : 17/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Jeremiah Drysdale le Dim 17 Aoû - 23:35

yesss plus de cam    bienvenue!
avatar
Jeremiah Drysdale
Modétareur
Modétareur

Citation : sans commentaire.
Masculin Messages : 107
Bloods : 109
Date d'inscription : 01/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Valentine Voors le Lun 18 Aoû - 7:53

Salu à toi, Ô Harpie ^^


avatar
Valentine Voors
Vampire
Vampire

Citation : Tu veux connaître le plaisir ? Le vrai ?
Féminin Messages : 163
Bloods : 157
Date d'inscription : 04/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Elwing d'York le Mar 19 Aoû - 22:55

Houuuu mon harpie *-*

Bienvenuuuue :)
avatar
Elwing d'York
Modétareur
Modétareur

Citation : There is no shame to bow in front of me
Masculin Messages : 61
Bloods : 41
Date d'inscription : 17/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Rosaleen McCartney le Mer 20 Aoû - 9:07

Merci tous!  
Je me dépêche pour finir ma fiche! 


avatar
Rosaleen McCartney
Vampire
Vampire

Citation : Ma souffrance est ma vengeance contre moi-même
Féminin Messages : 19
Bloods : 26
Date d'inscription : 07/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Castiel Willer le Mer 20 Aoû - 10:07

Woaw, quelle signature !



Surprise mon con ! La vie est pas si moche tu vois ?
« Ta gueule dieu, je t'emmerde. »
avatar
Castiel Willer
Administrateur
Administrateur

Citation : Et ma clé à molette dans ta gueule.
Masculin Messages : 376
Bloods : 193
Date d'inscription : 10/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Rosaleen McCartney le Dim 24 Aoû - 11:00

Fiche terminée!! Enfin!  


avatar
Rosaleen McCartney
Vampire
Vampire

Citation : Ma souffrance est ma vengeance contre moi-même
Féminin Messages : 19
Bloods : 26
Date d'inscription : 07/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Jeremiah Drysdale le Dim 24 Aoû - 20:19

personnage que je trouve, ma foi, fort agréable et original, c'est avec un grand plaisir (et pas trop de retard j'espère) que je te valide, plus très jeune fille.

bienvenue encore  
avatar
Jeremiah Drysdale
Modétareur
Modétareur

Citation : sans commentaire.
Masculin Messages : 107
Bloods : 109
Date d'inscription : 01/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rosaleen McCartney

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum