Fantôme du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fantôme du passé

Message par Akeron Valerius le Mar 30 Sep - 21:00


[PV: Cyprian, ouvert à se faire déranger. mp avant :) ]

Akéron s'extirpa de son sommeil. S'étirant lentement et faisant doucement craquer les os de sa nuque et de son dos. Quoi de plus désagréable que de passer la nuit dans le lit d'un autre. Au moins il avait prévue le coup et même si le soleil l'avait pris de court, Akéron avait de quoi se changer. Pour le principe, c'est devant un miroir qu'il enfila ce vieux costume qui donnait l'air à son frère si coincé et vieux jeux. Bien qu'il ne pouvait y porter un réel jugement, car ses propres goût n'était guère très loin des siens. Tout cela était un jeu si amusant pour lui de toute façon. Avec soin il lissa ses cheveux vers l'arrière, s'adressant un sourire complaisant qu'il ne pouvait voir par manque de reflet et se pencha pour nouer ses souliers.

-Ça manque grandement de serviteur ici. Dit-il à voix haute, avant de se redresser fièrement ajustant une dernière fois son costume sur lui, entendant du bruit à l'extérieur qui capta son attention. D'un pas noble il traversa la pièce, enjambant le corps mort qui jonchait le sol de la chambre. De deux doigts il écarta les lourds rideaux de velours pour jeter un coup d'oeil à l'extérieur.

- Que vois-je. Nous avons de la visite mon cher et il ne s'agit pas encore de mon frère. Voilà qui aura de quoi me divertir en l'attendant. Dit-il froidement et sans que la moindre émotion ne vienne tinter son timbre de voix et s'adressant à cette pauvre dépouille qui avait tâcher le tapis de son sang. Le descendant d'une de ses familles qui avaient côtoyé la sienne il y a fort longtemps et protéger les mêmes secrets. Akéron avait eu vent de l'arriver de cet homme en ville et de quelques-unes de ses visites à la librairie que tenait Cyprian. Voilà qui avai suffit à attiser davantage sa curiosité et de devancer le rendez-vous qu'il avait pris avec son jumeau, se faisant ainsi passer pour lui. Cette rencontre lui fut vraiment fructueuse avant le triste infarctus de ce jeune homme.

Akeron traversa de nouveau la pièce, mais cette fois pour en sortir et descendre les longs escaliers de ce manoir. Une très fort jolie résidence, ne pas être situé sur le territoire de la Camarilla, il en aurait bien pris possession, mais il bien qu'il ne manquait pas d'orgueil Akéron connaissait les limites à ne pas dépasser. Sachant qu'il jouait déjà sur les lignes en se faisant passer pour son frère. Mais pour le moment rien tout cela l'importait, la journée lui avait semblé bien pénible et à l'extérieur un nouveau jouet l'attendait et puis il avait bien hâte de voir son frère.

Poussant la porte donnant sur le jardin, il vit cet animal se faufiler entre ses jambes. Le vampire haussa un simple sourcil, suivant du regard la bête qui semblait commencer à fouiller dans la demeure et renifler chaque recoin. Voilà pourquoi on était entré dans ces jardins... Ne s'attardant pas sur le chien, son regard parcouru la cour et il ferma derrière lui, laissant l'animal à l'intérieur. D'un pas feutré il chercha l'intrus et s'arrêta à quelques mètres... d'elle. Grande, brune tout habiller de noir, la cambrioleuse semblait gratter une de ses vieilles barrière plaqué or.

Un doux parfum de fleur flottait délicatement autour du vampire, alors qu'il gardait le silence observant sa proie comme le faisait les félins avant de bondir. Faisant un pas vers l'avant, Akéron marcha volontairement sur quelques feuilles mortes afin de signaler sa présence auprès de la jeune femme.

- Vous devriez faire attention, damoiselle. Vous êtes en train d'abimer la barrière.Dit-il d'un ton fort polie, laissant ses yeux d'acier croisé les émeraudes de la jeune inconnue qui s'était retourner d'un sursaut, sans remarquer qu'elle venait de se blesser au passage. Il s'approcha doucement, sans mouvement brusque ou signe agressif, sortant un simple mouchoir de sa manche pour lui tendre avec galanterie. Ses manières et son style avaient quelque chose de fortement imposant, mais également de plutôt captivant. Ne sachant comment réagir, troubler de cette apparition assez soudaine, elle ne fit que tendre la main pour attraper le mouchoir, mais c'est Akeron qui lui saisie le bras de son autre main, venant déposer le linge blanc sur la blessure et le laisser s'imbiber lentement.

- Je suppose que vous êtes la propriétaire du chien qui s'est réfugié dans ma demeure lorsque je suis sorti dans le jardin? Connaissiez-vous la personne qui habitait ici?

- Je.. Oui, c'est mon chien... Mais non, je. Je croyais cet endroit encore à libre, mais savait qu'on l'avait richement meubler pour le futur. Répondit-elle docilement, alors qu'Akeron terminait d'éponger la blessure.


Dernière édition par Akeron Valerius le Mar 30 Sep - 21:45, édité 1 fois
avatar
Akeron Valerius
Graphiste
Graphiste

Citation : I've been alive for far too long and I can assure you people have died for far less!
Masculin Messages : 243
Bloods : 238
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Cyprian Valerius le Mar 30 Sep - 21:30

Il faisais frais, le soleil venais tout juste de s’évader vers un autre endroit plus clément et c’était la lune qui jetais maintenant son regard discret derrière les nuages qui s’amoncelaient doucement, annonçant l’orage. Il marchais a peine depuis quelques instants, mais il avançais d’un pas rapide son veston claquant au vent qui se levait doucement. Il se dirigeait vers un ‘’rendez-vous’’ important, en fait il s’agissait de coincé son frère avant qu’il ne fasse quoi que ce soit de stupide... Il se sentais comme la météo, gis noir et a mi-chemin d’éclater de sa colère amère. Ces sentiments revenaient toujours lorsqu’il pensais à son frère et ce soir n’était pas différent des autres, peut-être même un peu pire puisque c’était justement Akeron qu’il s’en allais rejoindre... Il bailla un moment, s’arrêtant pour évaluer où il était rendu, son regard se posa sur les adresses et il soupira. Plus que deux ou trois bâtiment et il y serais. Il se remit en marche. Un bruit de tonnerre retentis dans le ciel, alors qu’il tournait un coin de rue relativement très désert, ce qui était rare pour cette heure dans cette métropole.  Puis il fut devant la porte de l’homme, c’était bien la première fois qu’il espérait que son frère ne fut pas à l’heure. Il s’avança par le portail, étrangement entrouverts, puis se dirigea vers la porte principale.

Il leva le poing et cogna à la porte du dos de la main. Un… deux... Trois… quatre.... cinq secondes s’écoulèrent avant qu’un jappement d’un chien ne soit la seule réponse qu’il aie. Il fronça les sourcils et soupira. Charles n’avait pas de chien… Il entrouvrit la porte pour voir le museau d’un animal de taille moyenne. Probablement un vieux chien a voir le poil qui avait palis sur son museau. Il se glissa à l’intérieur et son regard se durcit alors qu’il attrapait la laisse de l’animal. L’odeur de sang était entêtant ici. Akeron…  En avance, comme à l’habitude. Quel malheur avait-il fait encore. L’odeur n’était pas fraîche. Charles avait surement été… un souper et non pas un déjeuné. Il soupira, espérant que son frère n’ait pas encore eut le temps de quitter. Maudit soleil qui l’avait coincé dans un bâtiment pendant qu’il suivait la trace de son frère. S’il avait été comme avant, jamais une telle chose ne serait arrivée! Malédiction…

Il allait monter à l’étage, se demandant quoi faire du chien quand son ouïe fine capta un son qu’il aurait reconnu entre tous. La voix de son jumeau. D’un pas décidé, ce fut vers la porte arrière qu’il se dirigea, claquant ses talons sur le sol de bois de la demeure luxueuse, le petit chien le suivant la langue pendante, plein de confiance que la vieillesse apporte aux animaux.  Il poussa la porte et l’ouvrit sur une scène qu’il appréhenda. Grand dieux! Il était arriver juste a temps pour cette pauvre demoiselle. Puis son air de mécontentement s’agrandit quand il vit les habits de son frère, sa posture… Il l’imitait encore ! Combien de fois l’avait-il avertis…


- Akeron!..., dit-il réprimant sa colère, sa rage et sa frustration. Elle devait être tenue en laisse… Retenue, bridée et dominée. C’était le seul moyen de tenir l’animal en laisse, il baissa les yeux vers le chien, si seulement toute les Bêtes pouvaient être aussi docile.

-Ce chien vous appartient-il demoiselle ?

Il passa près de son jumeau, tendant la laisse un brin brusquement a la demoiselle, sans porté de dommage au chien et lança un regard a son frère qui portait clairement un message ‘’Tien toi correctement’’. Il se reprit ensuite et fit un sourire aimable à l’humaine, mais tout de même un sourire vide lui démontrant bien qu'elle était loin d'être la bien venue...

- Si vous voulez bien nous excuser... Mon frère et moi avons de quoi nous entretenir, passez une belle soirée, dit-il congédiant la demoiselle un peu rudement pour son habitude, mais tout de même poliment, alors qu'il cessait de lui prêter attention et résistait a l'envie de prendre le poignet de son frère et de le tordre pour qu'il lâche l'humaine avant qu'il ne fasse une quelconque bêtise. Calme, patience... après tout Akeron n'avait pas toujours été l'animal qu'il était maintenant par sa propre faute a lui, Cyprian.
avatar
Cyprian Valerius
Vampire
Vampire

Masculin Messages : 20
Bloods : 49
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Akeron Valerius le Mar 30 Sep - 22:08



La pauvre humaine regarda le nouvel homme arriver. Confuse par le charisme de l'un qui influençait bien malgré elle, la demoiselle était en train de se demander si elle ne voyait pas double. Jetant un regard perdu autour d'elle chercher le moindre signe d'une fuite de gaz, avant de comprendre les mots du nouveau. Elle baissa les yeux sur l'animal qui jappa joyeusement reconnaissant sa maitresse.

- Heu, oui. Il est à moi.
Dit-elle de même manière qu'elle avait répondu à Akéron un instant plutôt, reprenant la laisse du chien qu'on lui tendait. Son regard se promena vivement sur les jumeaux, hésitante de bouger, la main toujours prisonnière de celle du premier vampire. Vampire qui malgré son air stoïque s'amusait Oh combien de la situation. Pousser son frère était devenu une de ses activités favorites avec le temps. Comme il était doux de le voir si 'vivant', lui qui se refusait toujours la vérité. Le moindre laisser allé.

- Oh, non. Rester je vous en pris. Il ne faut pas en vouloir à mon frère, il perds parfois ses manières...

- Vous.. vous êtes certain?

- Mais oui. Ne vous inquiétez pas, je vous assure qu'il n'a pas toujours été ainsi. Dit-il avec une pointe d'humour noir qui s'adressait bien sûr à son cher frère, laissant le coin de ses lèvres s'étirer d'un sourire cynique. Akéron aida la demoiselle à se redresser, lui offrant fort poliment son bras avant de se retourner vers son frère. Il soutint un instant son regard, le jaugeant encore un instant et passant devant lui, glissa le mouchoir taché de sang dans la poche de son veston.

- Calme-toi voyons tu ne voudrais tout de même pas effrayer cette pauvre jeune fille? Et si nous allions à l'intérieur? Nous y serons installé plus confortablement pour y discuter, maintenant que j'ai récupérer nos rafraichissements.

Akéron connaissait bien son frère et n'avait pas peur des conséquences de ses actes. Tout cela s'était vue mainte et mainte fois de toute manière. Puis ce n'était pas comme s'il y avait trente issus possible à cette histoire, les deux hommes restaient ce qu'ils étaient. Au mieux la demoiselle s'en sortirait avec la mémoire altéré et au pire, elle allait rejoindre se vieux Charles sur la moquette de la chambre. Combien de cadavres pouvait-il y empiler avant que l'odeur n'alerte un résident du quartier et qu'il appel les flics? Ce serait probablement un test amusant à faire, mais pas se soir. Cyprian ne le laisserait surement pas faire avec sa moral à deux balles et de toute manière ils avaient plus intéressant à discuter.

avatar
Akeron Valerius
Graphiste
Graphiste

Citation : I've been alive for far too long and I can assure you people have died for far less!
Masculin Messages : 243
Bloods : 238
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Cyprian Valerius le Mer 1 Oct - 11:36

Son frère était amusé par la situation (Bien sur! celle ci incluais le fait de mettre Cyprian en colère, c'était sur et certain qu'il y prendrais plaisir) Il retint un soupir mi-agacé mi-énervé, et se racla la gorge alors que son frère invitait la jeune femme à se diriger vers l'intérieur. Combien de fois allaient-il devoir faire ce petit jeu? Il se lassais de leurs querelles. Pourquoi son frère ne voulais pas croire a sa propre rédemption? Son frère poussant a ses limites la provocation, comme a son habitude, mit le mouchoir souillé dans la poche de son veston. Cyprian resta un moment immobile a toisé son frère d'un regard qui, a d'autre, aurais paru vide. Mais c'était une petite étincelle de colère qui n'en finissait plus de bruler qui rageais a l'intérieur de lui. Une grande inspiration (parfaitement inutile, mais tout de même défoulante) lui permit d'extirpé sa pensé de son noir côté. Il retira précautionneusement le mouchoir de son complet comme l'on retire une sourie morte d'un piège et le laissa négligemment tombé sur le sol avant de se diriger vers l'intérieur a son tour.

Il était malheureux pour la jeune femme qu'il regardais maintenant, comme l'on regarde un bibelot qui est dans les mains d'un homme maladroit qui ne pourrais que faire tomber l'objet et que l'on sait qu'il ne pourrais qu'être brisé d'une seconde a l'autre. Elle était d'une belle taille, sa finesse rivalisait uniquement avec sa grandeur et ses cheveux, d'un brun naturel semblait-il était juste assez long pour être féminin sans excès. Elle était cependant vêtue de noir, couleur qui lui rendais un peu l'air pale. Elle était jeune par contre. Trop jeune pour être perdue si tôt, à cause d'une faute si stupide que d'avoir passé par le premier jardin....


- Akeron, peut-être devrions nous aller sur la terrasse... Le ciel ne sera pas clair longtemps, mais je doute que notre ami Charles apprécie d'être déranger par le chien pendant son sommeil. Et il ne serais pas convenable de garder la demoiselle... dont le nom m'échappe ? trop longtemps avec nous, après tout, elle a surement autre chose a faire ce soir.

Il s'avança devant son frère avant qu'il ne pousse la porte et leurs indiqua, d'un large mouvement de bras élégant, l'abris ou des fauteuils à l'air confortable tournais autour d'une table circulaire en verre. Bien que cet arrangement était à l'extérieur, l'endroit était bien entouré par une jolie haie de fleurs rouges et rosées qui protégeais des regards curieux les personnes s'y installant. Si son frère voulais encore jouer a son petit jeu alors il y fixerais a son tour quelque règles. Après tout on était en territoire Camarilla, pas en territoire Sabat.

-Le chien de mademoiselle pourra ainsi se promener dans la cour sans danger d'être perdu a nouveau, et sans le besoin d'être tenu en laisse, ne vous inquiettez pas l'endroit est clos.
avatar
Cyprian Valerius
Vampire
Vampire

Masculin Messages : 20
Bloods : 49
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Akeron Valerius le Mar 7 Oct - 20:12



Akeron suivait minutieusement chacun des gestes de son frère. Chacun de ses regards et de ses soupirs. Il les connaissait par coeur depuis l'âge, mais tout cela était comme un spectacle à ses yeux. De la musique à ses oreilles. Chaque geste parfaitement exécuter selon la mesure qu'il donnait en bon chef d'orchestre. Il se régalait de ses parcelles d'ombres contre lesquelles sont frère se battait constamment. Cet effort était tout de même bien admirable, quoi que futile à l'avis d'Akeron. Ce n'était que de l'énergie mal investie, une faible bien en vue et un crime aux yeux de dieux que de vouloir cacher cette part divine. Ce don qui les avaient transformés et élevé au-dessus de la peuplade humaine. Les ombres et la nuit était leur domaine, leur pureté incontesté.

" Oh, je crois que Charles n'est pas près de se réveiller, cher frère. " Avait répondu d'un ton si neutre qu'il était difficile pour un autre que son frère d'y déceler tout l'amusement qui l'habitait. Tout ceci n'était que les ronds de jambes de leur époque, la subtilité là était tout le plaisir de leur conversation. L'empressement des jeunes de cette époque manquait grandement de raffinement.

" Cloé." Répondit la pauvre humaine, prisonnière des deux frères. Inquiète de son sort, comprenant très bien qu'elle s'était mise dans de beau drap et qu'elle aurait sûrement plus à craindre de ses deux individus que de la police elle-même.

Croisant le regard de la biche, Akeron se fit un plaisir de la dominer une nouvelle fois. Lui murmurant tout bas quelques mots, avant de se détacher lentement de Cloé et continuer à voix haute.

" Il y a des coupes aux rebords doré, va nous en chercher deux. Et si tu trouves de l'argenterie ou quelques choses qui te plait, ne te gène pas. Je ne crois pas que Charles soit en mesure de s'opposer et c'est bien pour cette raison que tu t'es introduit dans le jardin. "

La demoiselle eut un frisson, jetant presque un regard un peu suppliant à Cyprian. L'aire inquiète de ce qui se passait ici et commença à faire demi-tour pour se diriger vers l'intérieur de la maison et laisser les deux hommes à l'extérieur pour régler leur petite affaire.

Akeron replaçait doucement les manches de son costume, levant les yeux au ciel. Les nuages s'amassant toujours au-dessus sous une grosse forme grise. Il se mit à penser qu'il allait devoir trouver un parapluie dans cette demeure, il n'avait sûrement pas l'intention de rentrer trempe au théâtre de mouiller le plancher sur son passage, mais aux moins il n'aurait pas à arrosé son jardin ce soir.

" Comme ça l'on garde contact avec les vieux amis de la famille? Il a dû être bien curieux de voir un Valerius toujours en vie, alors que notre famille s'est éteinte. Enfin, il n'était pas surpris de me voir.. ou plutôt de te voir. Oh tu pourras récupérer tes livres, je les ai soigneusement mis de côté dans la bibliothèque. J'ai veillé à ce que son sang ne tâche pas tes précieux écrits. "

Les Valerius et leur lourd secret. Enfin, à l'époque il ne s'agissait pas non plus de la seule famille à en être investi. Ils formaient une vraie triade de justicier en Italie. Si seulement son frère l'avait écouté à l'époque, les choses auraient fini bien différemment, mais il n'y avait plus de place aux regrets. Plus de place aux sentiments. Aujourd'hui il embrassait la personne qu'il était devenu, loin des vices humains et de leur jeux d'aveugles. Son frère quant à lui était encore bien loin derrière, se raccrochant au passé, à ce qu'il était... Mais bien malgré tout, pour l'un comme pour l'autre ils restaient de la même famille.

avatar
Akeron Valerius
Graphiste
Graphiste

Citation : I've been alive for far too long and I can assure you people have died for far less!
Masculin Messages : 243
Bloods : 238
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Cyprian Valerius le Mer 8 Oct - 11:11

Akeron, toujours en train de courir derrière le danger, derrière l’exposition aux hommes. Toujours en train de condamner l’être vivant a souffrir comme eux avaient souffert. Il n’avais pas été innocent toute sa vie, non loin de là. Mais lui n’avait pas autant perdu que son frère. Cyprian se retourna vers la femme, alors qu’elle disait son nom, inclinant la tête comme pour lui dire ‘’enchanté’’.  Il voyais déjà son air, et fut triste pour elle. Si elle se savait en danger, c’était qu’elle était plus brillante qu’elle en avait l’air, quelle honte de gâcher son intelligence dans cette scène.

Son frère était décidé a l’envoyer a l’intérieur semblait-il. Alors que la demoiselle tentais de passé non loin de lui pour entré, sous la volonté de son frère, lui même utilisa sa domination en l’attrapant délicatement par l’épaule et en plongeant son regard dans ses yeux qui commençaient a se voiler de panique… Et il rajouta quelque chose…


-Ne montez pas aux étages, la cuisine est au premier. Revenez vite, ne trainez pas.

Sa vois était plus douce, mais il la laissa passer cette fois, lui ouvrant galantement la porte. Inutile de priver totalement son frère de son plaisir, sa colère n’en serait que pire et la demoiselle pourrait en souffrir, mais au moins de lui épargner le carnage qu’avait engendré son frère, vu l’odeur de sang ce ne devait pas être très propre. Ce serais au moins une manière de lui apporté un peu de merci.

- Mon frère, je l’ai rencontré car il faisait partit des rares personnes qui ont récupéré nos avoirs et se les ont transmit de générations en générations. Sa famille a toujours été du genre à profiter des faiblesses des autres, et Charles ne faisait pas d’exception… mais leurs qualités d’amasseurs n’étaient pas à piquer des vers. Et j’étais en négociation pour obtenir le lieu de certains de nos effets mon frère. J’était sensé t’en faire une surprise. Mais j’aurais dû me douter que tu n’étais pas du genre à vouloir attendre.

Alors que son frère réajustait ses manches, lui-même remonta le col de son manteau chic, la pluie qui venait n’était pas engageante, mais mieux valais être dehors que de s’attarder dans cette scène de mort.  Même s’il lui faudrait entré pour arranger les bêtises de son frère.

-Il semble que je sois obligé de faire des détours légaux maintenant que j’aurais préféré éviter de faire. Tout cela grâce a toi… Bien que nous ayons certains avantage, je ne veut pas avoir a discuter avec tout les policier que je croiserais pour leurs expliquer clairement que ce n’est pas un objet volé. Les vieilles choses sont précieuses. De plus notre ami Charles était un collectionneur et un recherchiste de grand talent que j’avais voulu… engager a nos fins. Mais il semble qu’il ait servit une autre Faim finalement…

Il s’accota contre le mur non loin de la porte. Croisant les bras devant lui, attendant que son frère se dirige soit vers l’endroit qu’il lui avait indiquer, soit qu’il s’en aille tout simplement, mais il était clair qu’il n’avait pas la volonté de le laisser a nouveau entré dans la demeure.
avatar
Cyprian Valerius
Vampire
Vampire

Masculin Messages : 20
Bloods : 49
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Akeron Valerius le Mer 29 Oct - 22:15



La demoiselle figea au contact de Cyprian, l'écoutant attentivement avant de hocher docilement la tête en signe d'approbation. C'est donc avec une certaine timidité qu'elle entra en vitesse à l'intérieur laissant quelque minutes de liberté aux jumeaux pour discuter entre eux. Akeron confortablement assit, prenait toujours de haut de son frère en se félicitant presque d'avoir chasser le propriétaire avant que son cher Cyprian n'ai eu le temps d'intervenir. Il haussa toutefois un sourcil aux premiers mots qui lui fut répliquer.

"Est-ce récent ton soudain attachement à nos vieilleries familiales, dois-je encore y voir un acte désespérer de ta part? Mon cher frère, de retour sur son cheval blanc pour combattre les mêmes moulins à vent." Dit-il un ton haut en ironie et de façon des plus théâtrale. Akeron avait un peu délaisser la surveillance de son frère et n'était pas au fait de ses dernières folies, ayant lui-même racheter le manoir de leur enfance, cherchant à rapatrier leurs patrimoine il trouvait tout cela bien fortuit. Pourtant il avait fait cela en toute discrétion, enfin lui semblait-il.

"Enfin, voilà bien qui explique les notes étranges qu'il m'a remit, enfin à ton attention. Je nous ai tout de même facilité la vie, maintenant qu'il va rejoindre les vers, il n'y aura plus question de demander ou supplier pour des objets qui nous revienne de droit." Lança Akeron d'un bref sourire, n'étant pas idiot, sans très bien que cela ne compliquait rien, mais ne réglait pas forcément tout. Aujourd'hui avec les papiers légaux, les droits d'auteur et de propriété, il était plus galère qu'autrefois pour acquérir les bien d'un mourant ou même d'un vivant. Mais au moins leur état actuelle leur conférait quelques avantages, point sur lequel Akeron ne se gêna pas de soupirer entendant encore son frère énoncer ses bonnes manières sur l'utilisation non-abusif de ses dons.

" Toujours aussi pessimiste mon frère. Il faut croire que les années ne te change pas. Ton manque d'imagination me désole de fois en fois et ne cessera de me surprendre en même temps. C'est dommage qu'elle soit placé dans les mauvaise choses. " Parlant bien entendu de la fâcheuse habitude que son jumeau avait à tout ramener à leur humanité. Comment après plus de trois cent ans sur cette terre, comment pouvait-il être encore au prise avec tous ses problèmes si humain? N'étaient-ils pas bien au-delà de ça aujourd'hui?

"Ah, voilà finalement notre boisson." Souffla Akeron, alors que la demoiselle revenait deux coupes à la main qu'elle déposa sur la petite table en vitre se trouvant à l'extérieur entre les deux hommes. Il n'était pas manquable de voir l'argenterie dépassant d'un petit sac à sa taille, à priori la voleuse avait bien écouter les mots d'Akeron, mais également ceux de Cyprian n'ayant pas visiter d'autre pièce que la cuisine.

Les deux coupes de déposées, Cloé leva son autre main tenant un couteau qu'elle avait subtilement cacher jusque là. Attirant l'attention du vampire ailleurs. Celle-ci était maintenant tremblante comme une feuille, le regard embrumé de larme sans qu'elle n'en verse une. La pauvre humaine semblait vouloir essayer de lutter contre une force surhumaine, échappant un petit hockey de terreur pour s'entailler les veines et faire couler son sang au-dessus des coupes. Un long gémissement s’échappa alors de ses lèvres. Enfin son geste fut tout de même assez lent pour laisser le temps à l'un des deux vampires pour réagir, mais tout cela était surtout un piège pour son frère. Celui-ci ce doutait bien qu'Akeron ne le laisserait pas la sauver si facilement et que la lenteur de se geste cachait quelque chose.
avatar
Akeron Valerius
Graphiste
Graphiste

Citation : I've been alive for far too long and I can assure you people have died for far less!
Masculin Messages : 243
Bloods : 238
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Cyprian Valerius le Mar 11 Nov - 12:02

- Ne me compare pas à Don Quichotte, dit-il avec un peu d’agacement qui n’impliquais pas quoi que ce soit de sérieux.  Ce que tu appelle mes moulins à vents ne sont pas un produit de mon imagination. La preuve est que nous sommes ces géants, auquel tu nous compare et ce qu’il espérait terrasser lui, était une image de sa folie. Pas la mienne, ces monstres courent encore les rues comme ils le faisaient en nos temps, Akeron… et condamne d’autres gens aux tourments que nous avons subit... A moins que ta mémoire sélective ait aussi supprimé les mauvais coté de notre condition? Est tu toujours et encore contrôlé par les idéaux sanglant de feu notre sire?  

Il soupira, un brin désinvolte et continua sur sa lancée.

- Je ne suis pas désespéré, contrairement à ce que tu penses. J’aime tout simplement ravoir ce qui m’appartient, tout que je sais que tu l’es tout aussi. Je crois que c’est toi qui a le Manoir a Florence, a ce que je sache, j’ai récemment essayer moi même de le ravoir, mais il semblerais que l’acheteur qui m’a berné n’était nul autre que toi. Pas besoin de ces tours d’esprits que tu aimes tant pour découvrir des secrets caché…

Cyprian s’assit à son tour sur une chaise de la table du jardin. Il croisa les jambes, de manière informelle.  Et alors qu’il posais la main sur la table et se mettais à jouer avec un ornement de celle ci, il fut frappé par un souvenir. Combien de fois après ses grasses matinées avait-il été installé à une table avec son frère, à parler des affaires familiales ou de tout et de rien. Riant, passant du bon temps, le soleil brillant sur eux deux alors qu’ils échangeais des sourires. Leur état de vampire avait changé ce soleil en éternelle noirceur et la table semblait maintenant un ravin infranchissable entre leurs personnes. Un ravin qui était présent uniquement par sa propre faute. Il avait poussé son frère de l’autre coté par son sens du devoir, sa loyauté. Et encore c’était celle ci qui gérait sa vie et qui poussais Cyprian à construire un pont sur ce ravin. Son frère cependant semblait toujours dynamiter ce pont. Il lui en voulait encore. Combien son jumeau devais le haïr pour ses actions. Il méritait chacune des vilénies qui sortaient de sa bouche et chaque action était sa responsabilité. Puis la voix d’Akeron coupa le fil de ses pensées. Les pas de la femme se firent plus bruyant alors qu’elle approchait d’eux. Celle-ci déposa deux coupes sur la table et alors qu’il posait son regard sur la main de la demoiselle et qu’il remontait son regard, il vit un couteau et serra les dents alors qu’elle coupait son poignet.  Le gémissement qu’elle laissa entendre et la peur dans ses yeux lui crevèrent le cœur. Mais il ne laissa pas son frère s’en délecter. Il ne bougea pas d’un pouce et son regard vrilla celui de son frère. Non pas remplis de colère, non pas remplis de pitié, mais de tristesse. Il ne jouerait pas à son jeu, il ne lui laisserait pas ce plaisir ce soir, il avait déjà trop joué. Quand elle eut terminé de remplir les coupes, il lui tendit son propre mouchoir.

-Tu aurais pu au moins me demander si j’avais faim, s’aurais pu être un triste gaspillage, mon frère.
avatar
Cyprian Valerius
Vampire
Vampire

Masculin Messages : 20
Bloods : 49
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Akeron Valerius le Lun 17 Nov - 21:55



" Oh, Nul crainte que je ne partage plus cette folie espiègle. Je la laisse à tous ses jeunes sang qu'ils aient l'occasion de faire leur propre expérience. Qu'il teste les limites de leur bêtes et embrasse l'être qu'ils sont devenu. Je crois plutôt me souvenir, mon frère, que tu raccroches à de vieux souvenirs de nos personnes. Là est l'image de ta folie. "


Répondit-il avec justesse avant de suivre la conversation de son frère. Laissant donc le sujet en suspens, de toute façon il reviendrait tôt ou tard sur le plancher. Cette histoire d'humanité perdu et gagné était surement le fruit de plusieurs altercation entre eux deux. Le cercle sans fin de leur vie aujourd'hui damné. Puis malgré son air désinvolte avec son frère, Akéron était bien curieux de savoir ce que Cyprian avait amasser comme connaissance ou bien sur leur famille.

" Tu devines bien. Cela fait quelques siècle que le Manoir est en ma possession. Bien sur pas directement à mon nom, mais je te félicite d'avoir débusquer la piste jusqu'à moi. À moins que tu ne tiennes ton information de ses rats que je peine à me débarrasser dans les sous-sols de la ville. "Parlant indubitablement de ses infestes Nosfératu. Akéron savait très bien camoufler ses gestes, mais ces squateurs d'égouts étaient bien sur passer maitre dans l'art de l'information et vu les technologies aujourd'hui ne rien laisser échapper tenait de l'impossible et dieux savait que ses sales rongeurs adorait ramasser les miettes que l'ont laisser tomber par mégarde.

Puis enfin arriva son petit plat. La jeune voleuse couteau en main. Un cadeau pour son frère, qui n'eut hélas pas la gentillesse de jouer au jeu. Akéron poussa un bref soupir de lassitude, alors que la demoiselle faisait couler son sang dans les deux coupes, larmes aux bord des yeux et petit gémissement plaintif à la douleur des plaies ouvertes.

" Voyons, je sais que tu n'es pas un mauvais convive et que par ta simple politesse légendaires tu vas faire semblant d'en boire une ou deux gorgés en y trempant les lèvresLâcha-t-il, venant prendre les coupes et tendant l'une d'elle à Cyprian.

Dire qu'il a près de trois siècle et demi il avait sortit mot pour mot la même phrase, mais lui tendant alors un simple verre de vins. Ça femme était alors dans le salon voisin à faire de la broderie pour l'enfant qu'elle attendait et son fils était en train de se faire border par sa nourrice à l'étage au-dessus. Les temps étaient alors beaucoup plus clément pour les jumeaux, qui par ses courtes rencontres prenait le temps de prendre des nouvelles l'un de l'autre. Akéron pressant toujours bien gentiment son frère de s'établir et de l'aider à chercher un vrai métier s'il le souhaitait.

" Alors tu as retrouvé des choses intéressantes en te mettant à la recherche de nos vestiges? " Souffla Akéron, pour couper se souvenir du passer, tandis que Chloé restait planté là debout, laissant le sang qui s'écoulait toujours de ses poignets se répandre maintenant sur le bois de la galerie.
avatar
Akeron Valerius
Graphiste
Graphiste

Citation : I've been alive for far too long and I can assure you people have died for far less!
Masculin Messages : 243
Bloods : 238
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fantôme du passé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum