Matvei V. Soloviev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Matvei V. Soloviev

Message par Matvei V. Soloviev le Dim 16 Nov - 12:03


MATVEI V. SOLOVIEV
† Humain †



« Mais on lisait dans leurs yeux cernés de noir une certaine dureté, une muraille de verre érigée pour dissimuler leur terrible vulnérabilité. »




2D by tknk


Info' personnelles
¦ Nom ¦ Soloviev
¦ Prénom ¦ Matvei Valery
¦ Âge ¦ 21 ans
¦ Sexe ¦ Mâle
¦ Orientation ¦ Bisexuel
¦ Région ¦ Bronx
¦ Résumé rapide du personnage ¦
Matvei garde de la Mère Patrie un accent prononcé, marque audible d'un immigré récent. Il embrasse l'existence comme le font les survivants, avec la même passion farouche et violente, et accueille toute nouveauté avec une méfiance hostile. Il perçoit le monde avec la sensibilité d'un écorché, les nerfs constamment à vif. Instable, irascible, cynique, il ne mâche pas plus ses mots que ses pensées. Ses colères, si fréquentes, peuvent s'effacer aussi vite qu'un orage.
Ses seules richesses sont sa liberté acquise à la force de ses ongles, et le choix d'une existence sans compromis. Il vit, insulte et baise à l'occasion, sans plus d'ostentation que de gêne.

Condition physique

¦ Taille ¦ 1m73
¦ Poids ¦ 59 kg
¦ Cheveux ¦ Noirs d'origine, décolorés en bleu
¦ Yeux ¦ Noirs

Matvei est un enfant de la nuit, de ceux qui ont la peau pâle et se maquillent les yeux de khôle et de rimmel bon marché, de comsmétique bon marché qui finissent par se désagréger en poudre sur sa peau. Ses cheveux bleu électrique déteignent en permanence sur ses épaules, et semblent n'avoir jamais connu de peigne intimement. Il porte cinq anneaux à l'oreille gauche,  et des bagues de métal froid contre la peau de ses mains, d'acier chirurgical bon marché, gravé d'inscriptions anglaises ou cyriliques.
Il s'habille de jeans troués et de noir, apprécie les débardeurs aliés à un large pull aux mailles lâches, laissant le vent caresser ses bras. L'air est doux en Amérique. Issue d'une récupération intense, sa garde-robe parvient à passer pour un effet de style, grâce à la jeune contre-culture glorifiant le Do It Yourserlf et faisant  de chaque accroc une marque de caractère.

La finesse des poignets dépassant de ses manches et les angles que dessinent ses phalange laissent deviner un corps osseux sous ces vêtements amples. La peau tendue sur la pointe de ses os, comme un cerf-volant de chair. Les omoplates et les crêtes iliaques affleurent sous l'épiderme, la ligne fragile de la clavicule serpente d'une épaule à l'autre, et c'est par son ossature qu'il semblerait presque vulnérable. Presque. N'eut été la musculature sèche développée par les arts du cirque, infusant une force nerveuse le long de ses bras, sculptant ses mollets et ses jambes. Le peu de chair habillant son squelette, pas de quoi trouver son contact doux ou confortable. Mais assez pour vivre, plus que suffisant pour s'enfuir ou encaisser un coup sans se briser.

¦ Particularité physique ¦ Cheveux teints, cinq anneaux à l'oreille gauche.

Dossier psychologique


Matvei, c'est un peu une tête de con. Un esprit poète verrait en lui la fougue de la jeunesse, un esprit libre que ne soumettrait à aucun compromis. Et ses amis proches eux, diraient plutôt qu'il a une tête de con (comme quoi certains termes reviennent plus que d'autres). Sans doute à cause de sa fierté, souvent mal placée, et l'obstination qui va avec. De fait, pour supporter Matvei quotidiennement -ou un peu moins- il faut quand même avoir les nerfs bien accrochés, une bonne estime de soi et ne pas avoir été victime de dépression au cours des trois dernières années.

Blague à part, l'indépendance n'est pas une tare, même quand elle vous pousse à vous barrer de chez vous avec vos propres moyens, et vous fait couper les ponts avec votre famille et votre enfance ennuyeuse. Ne dépendre de personne et se démerder, quitte à galérer et être un peu pouilleux au final. Fier et farouche, ce n'est pas l'animal tendre et aimant qu'on aimerait tous avoir chez soi, mais plutôt le genre de bestiole lunatique et capricieuse qu'on prend avec des pincettes, même en sachant que ça ne l'énervera que davantage.
En surface il est parfaitement sortable. Pas de sociopathie prononcée ou de bave au coin des lèvres, simplement une ironie un peu trop rapide à être dégainée. Sa souplesse lui donne une allure très décontractée, des mouvements parfois pleins d'emphase, un peu exagérés, un peu tordus, un peu randoms en fait. Très à l'aise avec son corps, il aime le chaleur et le seul luxe qu'il s'autorise est de suffisamment pousser le chauffage chez lui pour errer en sous-vêtement entre ses trois pièces. Très tactile, il lui arrive de chercher son propre contact en moment de stress ou de réflexion ; se toucher les lèvres, les cheveux, les poignets ou autres..

Mais ce que Matvei fait le mieux, c'est être chiant. En général on s'arrange pour éviter de le contrarier, de lui donner une occasion de faire étalage de son potentiel d'emmerdement, car il est à peu près comme l'univers ; infini (ou aux limites encore non éprouvées par l'homme).


¦ Qualités ¦
- Persévérant
- Expressif
- Passionné
- Libre
- Fier
¦ Défauts ¦
- Impatient
- Obstiné
- Colérique
- Susceptible
- Égoïste
¦ Aime ¦
- la junk-food
- les douches chaudes
- l'adrénaline
¦ N'aime pas ¦
- la prétention
- le froid
- la fadeur


Biographie


« Et donc t'étudies ? T'fais quoi ?
- Mh. Une école sup'. En... Arts du spectacle.
- Ha ouais ? S'genre pour être au théâtre ?
- Ouais voilà, Matvei se fendit d'un sourire et tendit son verre, A la tienne. »

Tintement de verre et quelques secondes à descendre des alcools de couleurs différentes pendant que les spots et la musique tentaient de rendre toute la jeunesse russe sourde et aveugle. Matvei se lissa glisser du grand tabouret et rajusta son sweet sur ses épaules, manches trop longues et passablement élimé, mais les années avaient rendu le tissu aussi souple et doux que du cachemire.

« Merci pour le verre. A la prochaine peut-être. »

Deux pas les séparaient, lui et la porte de cette petite boite étriquée. Mais avant qu'il ne l'atteigne une main le retint par le milieu du bras. Matvei ferma les yeux, son mascara bon marché se déposant en poudre sur ses joues, puis se retourna en raccrochant un sourire à ses lèvres. Une grimace qui semblait dire "laisse-moi tranquille, tu ensoleillerais ma vie".

« Ca te dit que je te raccompagne ?
- Non merci, c'était sympa mais 'faut que j'y aille.
- Attends... »

La prise sur son bras ne fit que se rafermir et Matvei abandonna son sourire.  

« On pourrait juste...
- Non, l'interrompit Matvei en plantant son regard dans l'autre, On ne peut rien. J'ai le sida okay ? »

Et il avait l'air mortellement sérieux. Il ne regarda pas l'autre visage se décomposer, la main ne tenait plus que mollement son bras et il se dégagea d'un geste, ouvrit la porte sur le froid et la neige, et la reclaqua derrière lui.
Il ferait jour quand le type se dirait que, probablement, il avait menti.

---

« Tu pourrais quand même faire un effort. »

De Pavel, il ne pouvait voir que la main qui tenait sa cheville. Pour le moment Matvei était très concentré à ressentir ses ligaments, tirer doucement dessus, relacher la pression, tirer de nouveau. Finalement il oublia de répondre, et une tête encadrée de courtes boucles brunes fit irruption devant lui.

« T'fais exprès ou quoi ?
- Je suis un peu pris là, marmonna Matvei entre ses dents.
- Mon cul, des étirements t'en fait une heure par jour et -ho attends- moi aussi en fait. »

Matvei dégagea sa cheville, et se déplia lentement, avec un luxe de précautions. Autour d'eux, une dizaine d'élèves, sexes confondus, tendaient et tordaient leur corps, allongés sur des tapis de sols vert et bleu.

« Kestuveux ?
- T'as rappelé tes darons ?
- ...
- Fais pas cette tête Mat', c'est un peu couillon ce que tu fais avec eux.
- Ecoutes. Ce sont -jusqu'à preuve du contraire- mes oignons quand même. Ils vont quand même pas me pourrir la vie depuis Moskva. Tu sais qu'ils m'appellent en PCV ? »

Pavel haussa les épaules pendant que Matvei prenait appui au sol pour une contorsion.

« Arrête de faire le con, fit Pavel en menaçant de lui faucher un bras, On doit bosser les tissus et la corde aujourd'hui.
- Ouais ouais. »

Matt se déplia lentement, vérifia que ses omoplates ne lui en voulaient pas trop et suivit Pavel vers un coin du gymnase, où deux grands pans de tissus tombaient du plafond. Le brun commença à les enrouler autour de ses bras, et lentement quitta le sol. Matvei s'était adossé au mur tout proche et regardait son ami s'enrouler en figures complexes dans les tissus aériens en s'appliquant à avoir l'air le plus blasé du monde. Les autres élèves s'étaient massivement dirigés vers les ateliers de cordes. Raides, souples, tous funambulaient à un mètre ou deux du sol.

« Au fait on t'as rappelé pour les photos ? » demanda Pavel entre deux mouvements.

Sa capacité à parler quelque soit la situation était quand même impressionnante.

« Ouais pour faire la pochette de leur deuxième single. Et de leur album certainement. 'Fin bon vu leur tête je comprend pourquoi il veulent pas être eux même dessus. Mais c'est cool. Ça aide pour le loyer.
- Je croyais que tu galérais moins. Tu pourrais pas devenir genre. Mannequin professionel ? »

Matvei renifla et se laissa glisser le long du mur. Ainsi recroquevillé, il laissa pensivement ses doigts se mêler à ses orteils.

« Trop maigre. »

Pavel lui lança un regard en biais, effectua plusieurs roulades dans le vide avant de reposer doucement les pieds au sol.

« De t'façon ça t'aurais pas plu hein ?
- Mhh.
- ...Au fait j'ai trouvé un nouveau bar. Plutôt correct. Tu d'vrais venir.
- Genre ?
- Genre au milieu de la salle il y a une scène de karaoké. L'aut' soir y'avait des filles sur du Madonna et... »

Matvei avait décroché à partir du moment où il avait du se débrouiller à son tour dans les tissus aériens. Pav' le trainait toujours dans des endroits du genre ; au goût un peu douteux et où le prix des consommations était plutôt douloureux. S'il suivait, c'était peut-être uniquement surtout parce que Pavel avait les plus belles fesses qu'il n'ait jamais vu. Surtout.

---

« Au fait tu vas faire quoi après ?
- Ce soir ? »

Matvei grimaça. Son sweet s'était déchiré quand il avait voulu l'enlever. Il considéra les deux moitiés avant de les fourrer dans son sac, jurant entre ses dents. Il surprit le regard de Pavel et tout ce qu'il s'était empêche de dire. Hé mec, c'est ce qui arrive quand on prend toutes ses fringues à Emmaeus. Tu pourrais faire un effort et porter un fute qui n'a pas été usé pendant trois ans avant toi. Mais il ne l'avait pas dit, par gentillesse ou par pitié, et cela ne l'énervait que davantage.

« J'veux dire, reprit Pavel d'une voix hésitante, après ta formation. Tu penses aller où ?  
- Tu veux dire, quand on aura notre diplôme de funambule-contortioniste-acrobate professionnel ?
- Ouais, reprit le brun en ignorant toute l'ironie qu'il venait de se prendre dans les dents.
- J'irais en France et je serais dans les plus grands cabarets de Paris »

Sur ce, Matvei quittait le vestiaire en lui lançant un revoir retentissant. Pavel eut le temps de voir un grand sourire, des bout de métal briller à l'oreille gauche, puis une tempête de mèches bleues et plus rien. Il n'avait pas eu le temps de demander s'il avait -encore- ironisé à mort ou s'il avait été sincère.

---

Matt ferma la porte, et son chez lui l'accueillit avec une odeur tendre de poussière et de draps froids. Il n'y avait pas de télé, pas de radio, et ses maigres possessions livresques étaient stratégiquement disséminées aux quatre coins de l'appart, occupées à faire semblant d'être Nombreuses. Il laissa son pull déchiré tomber sur un tas de fringues, proche du canapé, les "cas critiques". Sa trousse de couture était bien plus fournie que ses placards.
Déambulant jusqu'à son lit -quatre pas à tout casser- il s'y affala et n'en bougea plus, la face enfouie dans un oreiller. Il ne tourna la tête que dix minutes plus tard, pour voir par la fenêtre le lampadaire le plus proche s'allumer.

---

Pavel ne l'avait pas cru quand il lui avait dit qu'il partirait après l'examen. Il mettait de côté depuis des années. New York n'avait pas l'aura élitiste et snob de Paris, mais l'Europe était vieille et guindée. L'Amérique, contrairement à la France, offrait une réelle chance de devenir quelqu'un. C'était là qu'il comptait se rendre.
Lorsqu'il lui avait montré son billet, un aller-simple pour JFK, Pavel grimaçait comme s'il avait bouffé un citron entier. Et peut-être pour la première fois de sa vie, n'a rien eu à dire. Le silence s'était alourdi au point de se matérialiser en mélasse sur le fond de sa gorge. Ils s'étaient serrés maladroitement la main, comme s'ils étaient déjà devenus des inconnus l'un envers l'autre.
Il lui avait dit qu'il partait. Il lui avait proposé de venir. Et Pavel ne l'avait pas cru, avait dépensé son fric en fringues, en alcool et en concerts. Il n'avait pas le temps d'éprouver de regret pour tous les crétins qui peuplaient le monde, qu'importe à quel point il était rare que l'un de ces crétins le supporte durablement.
L'Amérique l'avait accueilli par une bouffée d'air chaud gorgé de tabac, de sueur et d'immondice. Ecoeurant et grisant. Un millier de lumières éclairaient la nuit, supplantant les étoiles, et un frisson serpenta le long de sa colonne vertébrale.


¦ Profession ¦ Vivote de travaux épars de mannequinat et de jobs au black à la journée
¦ Occupation ¦ Artiste de cirque
¦ Résidence  ¦ Studio défoncé dans le Bronx
¦ Jeu +16?  ¦ Oui
¦ Code de validation  ¦

avatar
Matvei V. Soloviev
Innocence
Innocence

Citation : The best of us can find happiness in misery.
Masculin Messages : 63
Bloods : 73
Date d'inscription : 15/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matvei V. Soloviev

Message par Akeron Valerius le Dim 16 Nov - 12:20

Bienvenu! :P Très très belle plume! :) Au plaisir de te croiser un jour en rp :)
avatar
Akeron Valerius
Graphiste
Graphiste

Citation : I've been alive for far too long and I can assure you people have died for far less!
Masculin Messages : 243
Bloods : 238
Date d'inscription : 25/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matvei V. Soloviev

Message par Matvei V. Soloviev le Dim 16 Nov - 15:09

Merci Akeron, au plaisir aussi !
Je viens de créer une fiche de liens pour Matvei, n'hésite pas à jeter un coup d'oeil. J'ai repris le code de la fiche pour que ce soit plus beau, j'espère que ce n'est pas grave / offensant pour le codeur.
avatar
Matvei V. Soloviev
Innocence
Innocence

Citation : The best of us can find happiness in misery.
Masculin Messages : 63
Bloods : 73
Date d'inscription : 15/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matvei V. Soloviev

Message par Jeremiah Drysdale le Dim 16 Nov - 15:12

bienvenue officiellement sur le forum  j'adore ta fiche, et je trouvais qu'on manquait d'artiste de cirque par ici, justement.
rien à redire, je te valide donc avec bonheur et te souhaite de bien te perdre dans les recoins de la nuit avec nous!
avatar
Jeremiah Drysdale
Modétareur
Modétareur

Citation : sans commentaire.
Masculin Messages : 107
Bloods : 109
Date d'inscription : 01/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Matvei V. Soloviev

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum