Journal de Sacha Anders

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Journal de Sacha Anders

Message par Sacha Anders le Lun 8 Déc - 9:59

JOURNAL DE SACHA ANDERS





Une année s'est écoulée.

Un an que je suis enfin sorti de l'enfer. La vie n'a pas été facile jusque-là, jusqu'à cette réconfortante  liberté dans le Bronx. Je n'ai pas de mots assez forts pour décrire ce doux sentiment, cette satisfaction d'être son propre maître et de le rester définitivement.

Je ne vis pas comme un roi, loin de là, mais au moins je n'ai plus à donner mon corps à qui que ce soit et certainement pas à Bryan. Malheureusement je sais aussi qu'il me cherche et que le temps m'est probablement compté avant qu'il ne me trouve. De fait je ne peux pas rester au même endroit très longtemps et pourtant j'ai bon espoir que les boyaux tentaculaires de New York me dissimulent assez pour qu'il se lasse de me chercher.

Peut-être que j'en espère trop ?


***


J'ai fais la connaissance d'un jeune homme il y a quelques mois, un certain Matvei. Nous sommes radicalement différents mais sa présence me fait du bien. Il m'aide de temps à autre, me permet de prendre une douche chez lui. Bien sûr j'évite de lui rendre visite trop souvent, je n'aimerais pas qu'il pense que je profite de sa bonté. Il est déjà bien aimable de m'accueillir aussi régulièrement. Pourtant il y a une chose dont je n'ose pas lui parler : mon passé. Même si je sais cette pensée infondée, je crains toujours qu'il s'en fiche ou me juge. Pourtant je sais bien qu'il n'est pas ainsi, même si il a la parole franche parfois – souvent.

J'aime à me dire qu'il est l'ami que je n'ai jamais eu, même si ce n'est peut-être pas réciproque.


***


Il pleut cette nuit et je trouve l'atmosphère étrange, pesante. J'ai comme un étrange pressentiment. Lorsque je regarde dehors, la lune est haute dans le ciel et je ne peux m'empêcher de l'admirer en me disant que c'est peut-être la dernière fois que je la contemple.

J'espère que ma liberté va encore perdurer.

Que penserait Matvei si quelque chose m'arrivait ? Essaierait-il de me retrouver ?


Si tu tombes un jour sur ces mots, ne te mets pas en danger pour moi. Je sais de toute façon que tu ne le feras pas...
avatar
Sacha Anders
Innocence
Innocence

Masculin Messages : 60
Bloods : 225
Date d'inscription : 03/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de Sacha Anders

Message par Sacha Anders le Lun 8 Déc - 10:10



Ca n'existe pas...

Non.

Ca n'existe pas.

Je ne veux pas y croire, pas le voir, pas l'entendre, ni le sentir et encore moins le goûter. Les ombres sont là, comme des loups avides d'une proie fébriles. Elles sont là.

Là !

Elles me guettent, m'observent. Je me sens devenir fou. Mon corps déchiré, humilié, abîmé.

Pourquoi ?

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?!

Un élan de frustration et de colère. Il y a du sang, je ne comprends pas. Je vois de la chair se répandre, de la douleur me dévorer.

J'ai mal … tellement mal.


***


Je ne peux me résoudre à y croire et je sens mon discours décousu, mon esprit se perdre dans des limbes immatérielles. Je perds le file de ma vie que je vois se dissoudre dans un effroyable cauchemar. Je m'accroche à cette réalité pourtant,  mais je ne peux éviter la chute.

Il n'y a plus de liberté, plus de passé, plus de présent, plus d'avenir, juste un néant incertain.

Je vois dans mes rêves des formes étranges et un chat qui me guette.


avatar
Sacha Anders
Innocence
Innocence

Masculin Messages : 60
Bloods : 225
Date d'inscription : 03/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de Sacha Anders

Message par Sacha Anders le Lun 8 Déc - 19:49





Je n'ai pas assez de mots pour décrire toute la détresse qui est la mienne. Je profite d'un mince instant de répit donné par mon esprit pour m'exprimer plus clairement cette fois. Mon seul désir est de mourir. Je n'ai plus d'énergie, plus d'espoir, plus d'envie. J'ai vu un nouvel être cher périr sous mes yeux sans que je ne puisse rien faire.

Je l'ai vu mourir.

Dieu... pourquoi nous avez vous abandonné ? Qu'avons nous fait pour mériter un tel destin ?

Existez-vous seulement ?

Je ne peux écrire ces mots sans sentir des larmes dévaler mon visage amaigri. J'aimerais tant que cette douleur cesse. J'aimerais tant ne plus perdre le fil de la réalité, à contempler les murs du dortoir des heures durant.

Je ne veux plus.

Tellement plus. Et la mort serait une bien douce délivrance. Mais si mon corps ne peut s'y résoudre, j'attendrais que le néant gagne mon esprit.


***


J'ai vu un homme aujourd'hui. Une mince lueur d'espoir que j'aurais aimé apprendre à connaître. Mais le destin en à voulu autrement et sa détermination m'a fait plus de mal encore. Je sais que je ne survivrai pas, du moins ce que je suis à l'instant. J'ignore même si je le reconnaîtrai la prochaine fois qu'il se présentera à moi.

Dieu que vous pouvez être cruel parfois.


Castiel ...Si un jour vous trouvez ces mots et que je ne suis plus moi-même, je vous demande de mettre fin à mes souffrances sans que vous ne vous posiez de questions. Je sais qu'ils ne me laisseront pas partir et la dernière chose que je désire est de devenir leur esclave. J'étais déjà une coquille vide avant de vous rencontrer. Mon âme est dévorée depuis longtemps et ce qu'il en reste est en train de s'éteindre.  Je tiens cependant à ce que vous sachiez que j'ai été heureux de croiser votre route si brièvement. Vos bras m'ont réconforté plus que vous ne le croyez.


Je vous demande pardon de ne pas poursuivre la lutte, mais je suis fatigué.

Tellement fatigué.

avatar
Sacha Anders
Innocence
Innocence

Masculin Messages : 60
Bloods : 225
Date d'inscription : 03/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de Sacha Anders

Message par Sacha Anders le Mar 9 Déc - 8:33



Je fais toujours le même rêve.

Le monde est obscure autour de moi et je suis dans ce vieil immeuble délabré qui m'a abrité une année durant. Mais rien n'est comme avant et j'ai l'étrange sensation d'être observé. C'est comme si des formes intangibles déambulaient autour de moi. Tout est sombre et je ne vois même pas la lune se dessiner au-delà des fenêtres brisées. Seuls quelques néons crépitent encore au plafond écaillé.

J'ai mal.

J'entends une voix qui murmure à mon oreille et je cherche désespérément la sortie, mais je ne la trouve pas. Et puis je heurte soudain quelque chose qui est assit au sol et je me rends compte avec effroi qu'il s'agit d'un être humain empaillé. Le chemin devant moi est encombré par des barbelés qui s'étirent de part et d'autre du couloir. Je sais que la sortie est là mais je ne peux pas l'atteindre sans risquer de finir éventré par la construction métallique qui me fait face.

J'ai tellement mal.

Mon oeil droit pleure et lorsque j'égare mes doigts à la surface de ma joue, je constate que du sang s'en écoule. Je vacille et me laisse tomber au sol, hurlant contre cette douleur innommable qui me saisit soudain. Je sens les ombres se refermer sur moi, j'entends des murmures dont je ne peux déterminer l'origine.

Le corps devant moi est à présent une créature difforme et qui m'adresse un rictus effrayant. Sa chair sanguinolente luit sous le faible grésillement du néon. Je me recule à genoux,  soucieux de le voir bouger pour m'attraper. Mais il ne se passe rien, ce n'est qu'une chose morte.

C'est alors que l'on murmure mon nom. L'on m'appelle, l'on m'attire. J'entends des pas dans mon dos, mais je n'ai pas la force de bouger, la douleur m'engourdit les membres. Le monde change autour de  moi et je vois de cet oeil souffreteux des choses monstrueuses qui m'observent et s'approchent de moi. Les murs me semblent déformés par des corps prisonniers dans le plâtre et le béton.

Les ombres sont terrifiantes, même les cafards se sont enfuis. J'entends alors un enfant qui pleure et qui gémit.

Il y a des pas dans mon dos.

Quelqu'un est là. Je le sens et il pose une main griffue sur mon épaule. Je n'ose pas le regarder, j'ai trop peur de ce que je vais trouver. Je me sens pleurer comme un enfant alors que les sanglots au lointain se taisent.

« Sneitrappa'm ut. Soun à se ut. Achas soun-sniojer.» me dit-il.  

« Sneitrappa'm ut. Soun à se ut. Achas soun-sniojer.» répète-t-il.

Et je m'éveille, toujours à cet instant où il se penche à mon oreille.


***


Aujourd'hui je vais mourir.

Je n'ai plus le sommeil, plus l'appétit. Je sais que la fin est proche, du moins je l'espère. Mon sang va attirer les vampires comme les mouches sur du miel. Je n'ai plus d'appréhensions, ma vie est déjà un cauchemar et rien ne pourrait être pire que ce que j'ai déjà vécu.

Je n'ai plus peur, non.

Il m'arrive souvent de repenser à Geneviève et ses parents. Je suis désolé, tellement désolé de ne pas avoir pu la sauver.

J'écris peut-être mes dernières lignes ce soir, moi chose insignifiante que je suis. Mon esprit vacille entre la réalité et les songes terrifiants qui hantent mes nuits. J'aimerais que tout cela s'achève enfin, qu'on me laisse partir au néant.

Je ne suis déjà plus moi-même depuis très longtemps...

avatar
Sacha Anders
Innocence
Innocence

Masculin Messages : 60
Bloods : 225
Date d'inscription : 03/08/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de Sacha Anders

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum