L'Artiste et la Sauvageonne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Kaliska Kishi le Mar 27 Jan - 17:39

Kaliska et Jared
L'Artiste et la Sauvageonne



La sauvageonne grogna, s'étirant de son sommeil de mort en repoussant le loup qui s'était littéralement couché sur elle. Le louveteau qu'elle soignait poussa un gémissement, cherchant l'attention de sa mère adoptive qui lui répondit par un autre grognement, signe qu'elle l'avait entendu. Tendant l'oreille, elle commençait à entendre les autres membres de son groupe bouger, sortant à leurs tours de la torpeur. Décidant enfin de se lever, elle ordonna à Amarok d'aller chasser du petit gibier, puis alla s'occuper du nouveau-né. Ces derniers jours avaient été longs et ennuyeux, sans parler des visites répétées d'un client qui voulait toujours plus sans vouloir donner plus, elle avait dû mettre les points sur les i, ce qui équivalait à son poing dans sa gueule de petit vampire merdeux. Étrangement, le gamin n'était pas revenu non plus et elle commençait à se poser des questions. Mais elle se doutait fermement que le père alcoolique fût derrière tout ceci et qu'elle devrait aller faire un tour. Sans parler d'un vampire qui venait faire son tour depuis quelque temps. Elle ignorait si le vampire en question faisait exprès ou non, restant toujours en bordure de son territoire, parfois même y pénétrant, mais restant toujours au bord. Selon les siens, il restait longtemps assit au même endroit à faire des choses inoffensives. Elle avait fini par apprendre par une autre plus ''artistique'' que l'homme peinturait la nature.

À quoi bon la peinturé quand on l'avait toujours sous les yeux ? Cette notion étrange titillait la Gangrel au plus haut point et à chaque fois qu'elle avait voulu y aller, un client était arrivé au même moment ou une bagarre qu'elle avait terminée. Par curiosité, elle avait feuilleté le Dictionnaire, un livre épais remplit de mots et elle y avait trouvé une définition... Incomplète selon elle.

Définition du mot :
Peinturer
Conjugaison peinturer
Verbe
Barbouiller des couleurs

Barbouiller des couleurs ? Elle en était restée perplexe et surtout encore sur sa soif. Quelle utilité y avait-il à barbouiller sur un fond blanc ? Et les rares fois où elle avait voulu aller voir, il ne, c'était point présenté, ce qui avait attisé encore plus sa curiosité. À quoi ceci pouvait bien t-il servir ? Secouant sa tête, elle tourna son attention sur le louveteau qui cherchant le réconfort de Kaliska, déambulant dans la pièce en poussant des petits cris. Elle finit par aller le chercher, lui offrit de l'eau, le ramener sur son lit de fourrure et retourner à ce qui lui servait de bureau pour reprendre le dictionnaire. Les autres définitions n'étaient pas mieux, ne jetant que de l'huile sur les flammes de sa curiosité qui en devenait obsédante.

Sous le coup de l'émotion, elle envoya balader le livre au travers la pièce en poussant un grognement, effrayant le louveteau qui se rua dans la direction opposée. Le livre frappa le mur et tomba au sol dans un bruit mat, la couverture et les coins écorchés. Se déplaçant rapidement, elle attrapa le bébé loup qui se précipitait vers le basin et le cala contre elle, enfonçant sa tête et son museau dans son épaisse chevelure. Elle caressa la douce fourrure pour l'apaiser et revient vers le lit, elle ne se sentait point de bonnes humeur. L'énorme loup goule, revient quelque minutes plus tard, lièvre en gueule et le déposa sur ses cuisses. Utilisant ses ongles, elle le dépeça et jeta la fourrure un peu plus loin, avant d'en prendre un boucher et de commencer à mastiquer la viande encore chaude. Elle détestait toujours autant la sensation dans sa bouche, mais le petit en avait de besoin et tant qu'elle ne l'avalait pas, il n'y avait pas de risque qu'elle vomit tout son sang.

En terminant le repas du bébé, elle offrit le reste au loup qui ne se fit pas prier, et tout en rinçant sa bouche à même le basin nature, un de ses fidèles Gangrels pénétra, s'excusant avant de déclarer :

- Il est revenu, près de la rivière de notre côté. Installé dans la petite clairière de fleur sauvage.

Se redressant rapidement, elle observa l'homme au trait carré un peu déformé par une semi-transformation. Ses yeux d'un rouge éclatant illuminait dans la sombre caverne. Kaliska ne fit de hocher la tête, et se redressa. Elle se précipita sur ses vêtements habituels et les enfila, se retrouvant, en moins de deux, vêtue de son jean troué, du chandail bedaine et pied nu. Rejetant son épaisse chevelure vers l'arrière, elle dégagea son visage marqué de cicatrices et se dirigea vers la sortie, savant pertinemment l'endroit exacte. Jetant quelques ordres et recommandations, elle quitta pour l'endroit exact.

Sa course fut longue mais pourtant rapide, était-ce l'excitation de peut-être enfin avoir une réponse ? Ses pas furent guider habilement dans cette noirceur, son regard vif ne marquait aucune des potentielles proies animale qu'elle croisait, mais pourtant son appétit était tourner sur autre chose. À une dizaine de mètres de la clairière, elle ralentit, reprenant un pas plus calme et silencieux que la course effrénée effectuée. Puis à plus d'un mètre, placé face au vent pour ne pas être repéré. Presque accroupie au sol, elle tira doucement les feuilles qui cachaient sa vue, lui offrant une vision bien particulière.

La lune bien haute dans ce ciel étoilé, les rayons se jetaient sur la rivière, allant dansé avec les flots indomptables. Le léger vent, faisait danser sur son passage les fleurs et les feuilles, offrant une couverture au potentiel bruit qu'elle pouvait faire. Sous les rayons de lune, les arbres de la forêt lui semblèrent vivants, dansant presque au même rythme que le vent, mais plus calme et posé que se dernier. Certain lui offrait une vision de conte de fées et d'autre le cauchemar de plusieurs, mais elle était habituée à ce genre de vu, mais pas à celle offerte par la personne.

Peu de gens venait aussi tard la nuit et encore moins pour barbouiller sur un fond aussi blanc que la neige. Qui était donc cet intrus qui se trouvait à moins de quatre mètres d'elle ? Il ne dégageait aucune odeur connu, celle de la ville était légèrement accrochée à lui, mais un parfum plus doux si trouvait également. Il était très différent des gens qu'elle avait l'habitude de coutoyer et encore plus de ceux qui se pointait ici.



avatar
Kaliska Kishi
Vampire
Vampire

Citation : Là où sont mes pieds, je suis à ma place.
Féminin Messages : 65
Bloods : 90
Date d'inscription : 31/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Jared Enfield CaHaix le Sam 31 Jan - 12:18

La Lune l'illumine encore, servant de grandes lanternes lui permettant de bien tracer ses traits. D'abord, le squelette avec le crayon, traçant les silhouettes des arbres, les contours des feuilles, la faune restant immobile ; comme si elle était intriguée. Puis vint la couleur, couvrant la toile, jouant avec les miles et une nuances des tons nocturnes de la nature. L'ombre des arbres, le mouvement des buissons, cette atmosphère de sérénité sauvage. La Rose revient de plus souvent dans cette forêt, quelque chose l'appelle mais il n'en connait pas la raison. L'envie de savoir d'où et pourquoi vient ce magnétisme est synonyme de frustration... Il relève la tête, contemplant le satellite avec mélancolie.

[...]

« Ameline, je sors. Prends soin de Kafka en mon absence, elle devient trop agitée ces temps-ci. »

« Tu vas encore là-bas ? »

La Rosa lui montra un sourire avant de hocher la tête.

« Fais gaffe, les loups commencent à être végétariens. »


La Ventrue éclata de rire pendant qu'elle s'affalait sur le pouf géant.

[...]

L'Artiste revint près de la rivière, juste à la frontière du terrain d'une Gangrel qui faisait depuis peu le sujet des conversations discrètes dans les Elyseums. Il savait qu'elle savait qu'il était là, il ne l'avait pas saluée ni ne s'était même présenté, ne voyant pas l'intérêt tant qu'il ne pénétrait pas le territoire de la Louve. Ses pieds marchaient sur l'herbe et les galets, le bruit de ses pas était légèrement silencieux et monotone. Le vent souffle encore, faisant virevolter ses cheveux en arrière, caressent sa peau d'un blanc presque glacial. Le Toréador s'arrêta dans la clairière, sentant le doux parfums des fleurs qui y logeaient. Le chevalet à la main, il le posa devant lui et il sortit de son sac à dos les outils de l'Artiste. Ses yeux bleus métalliques observèrent le décor avant de le mémoriser pour toute la durée de l'oeuvre. Retenant le moindre détails, du lièvre qui faisait sa nuit blanche jusqu'à l'hibou posé sur une branche.

Encore cette sensation.

Le vampire ressent encore cette nostalgie, les vents venus du Nord firent irruptions dans son esprit. Pourquoi maintenant ? Pourquoi ressent-il plus (+) la nature que son Cerf Blanc ? La Rose abaissa le regard, remplit de tristesse et d'incompréhension. Le crayon dans sa main le pinceau dans l'autre, il commença les premiers tracés, reproduisant fidèlement les traits sauvages du décor. Quel effrayant pouvoir... pouvoir reproduire n'importe quelle chose sur un morceau de papier. Le pouvoir de dire ce que vous voyez sans parler ! Cette capacité si terrifiante qu'est l'Observation ! Ça paraît inhumain d'un point de vue Toréador mais chez les mortels c'est si commun.


Le poignet souple, le crayon entre les doigts, il fit le dernier tracé avant que la pointe ne vienne se briser.

Elle est là.


Une nouvelle fois.

Pourquoi ne voulait-elle pas engager le dialogue, voulait-elle quelque chose en échange, voulait-elle que ça soit lui qui fasse le premier pas ? Il sentait son aura, il la sentait parfaitement. Ce mélange de forêt et de damnation. Lui-même connaissait cette odeur. Un groupe nominal lui revint en tête ; « La Fleur mortelle ». Cherchait-elle aussi quelque chose ?

Le blond resta immobile et se retourna à moitié.

« Bonsoir. »

Dit-il d'une voix calme et sereine.



Couleur(#9932cc)
avatar
Jared Enfield CaHaix
Vampire
Vampire

Citation : No one's gonna take my soul away
Masculin Messages : 165
Bloods : 88
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Kaliska Kishi le Sam 31 Jan - 22:37

Kaliska et Jared
L'Artiste et la Sauvageonne




La louve l'observa, intriguée par le moindre de ces mouvements effectués. Qu'ils soient petits, larges, grands, chacun de ses gestes faisaient apparaitre sur ce fond blanc un trait, une tâche, une forme qui ressemblait avec une exactitude horrifiante à la forêt. Mais pourtant, elle n'était point apeurée, mais plutôt admiratrice du talent de l'homme.

Et malgré elle, elle était fière que cet homme aille choisit SA forêt parmi tous les autres partiels des environs.

Ne bougeant point de son endroit d'observatrice, elle ignora le lièvre qui passa près d'elle, qui lui-même ne semblait pas avoir remarqué le prédateur aux aguets. Elle sentit le pelage pâle de la petite bête contre la peau de ses bras, sentit enfin l'odeur particulière de son petit être. Mais pourtant, elle ne détacha jamais son regard du dos de l'homme.

Et encore moins de la toile qui se colorait enfin.

Le vent qui dansait dans les feuilles vient camoufler le faible son de son corps qui s'accroupissait davantage contre la terre. Elle prit une grande respiration, laissant les odeurs venir titiller ses narines et cherchant celle de l'homme parmi les autres. Elle sut immédiatement qu'il était différent, ce n'était pas très dur de voir son corps pâle, sans parler de cette habilité surprenante à dessiner à la perfection l'environnement. Elle avait déjà vu des gens gribouiller, comme le disait si bien le dictionnaire, mais jamais aussi bien. Elle était prête à rester dans cette position jusqu'à ce qu'il quitte, désireuse de voir le dessin continuer, oubliant presque son objectif premier quand ça voir s'éleva, douceresse dans la clairière.

Elle fut presque tentée de l'ignorer, de faire comme si elle n'avait pas entendu, mais en même temps, ceci apporterait un nouveau problème, elle ne pouvait pas toujours fuir la présence des vampires, encore plus quand ils se trouvaient sur son territoire, en bordures où non. Laissant un faible soupire sortit de ses lèvres, elle finit par s'étirer, avançant enfin à la lumière offerte.

Son corps svelte sortir des ténèbres, s'étirant vers la lumière et le corps masculin. S'ébrouant un peu, elle offrit la véritable image d'un animal, mais sous la forme humaine. Son regard forestier se glissa sur lui, puis plongeant sur son visage. Elle franchit la courte distance qui les séparait puis s'installa un pas derrière lui. Elle sembla garder le silence encore un peu, appréhendant encore la présence et l'être tout entier de l'artiste puis dans un doux grognement, elle parla enfin :

-Kway*... Déclara-t-elle en inclinant légèrement la tête en signe de salut, puis elle reprit toujours calme. J'peux demander c'qui t'amène ici ?

Elle se tut à nouveau, quittant les traits humanoïdes pour ceux plus allongés de la foret dessiné, rivant avec impatience ses pupilles sur la main visite qui dessinait plutôt.

*Qui signifie bonjour/bonsoir dans sa langue.




avatar
Kaliska Kishi
Vampire
Vampire

Citation : Là où sont mes pieds, je suis à ma place.
Féminin Messages : 65
Bloods : 90
Date d'inscription : 31/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Jared Enfield CaHaix le Sam 7 Fév - 12:11


Son regard était braqué sur elle, observant sa petite cachette derrière les buissons. Voyant son visage caché par les ombres et sa épaisse chevelure, accroupie comme une bête prête à bondir au cou  d'une proie. Elle patientait, attendant que la Rose pense qu'il n'y avait personne à par lui dans les environs. Mais il n'était pas dupe, il la sentait et il voyait son aura. La Rose frissonnât légèrement en la voyant, cette couleur, ce vert turquoise très pâle. Cette Gangrel était curieuse, comme attirée par...lui ? L'Artiste regarda en direction de la femme derrière les feuillages et cette dernière sortit de sa tanière.

Elle se releva avec grâce et agilité avec cette silhouette si svelte qu'elle avait. Avançant d'un pas lent, montrant ses traits qui à chaque pas se faisaient plus précis. Le balancement de ses bras et de ses jambes confirmaient bel et bien l'appartenance au clan Gangrel. Une fois derrière lui, l'Artiste se retourna et sa bouche resta légèrement entre ouverte voyant son regard.

Les arbres nocturnes, le froid, la verdure, l'ivoire, l'odeur de la végétation, le grand air, cette sensation d'insoumission et de liberté. Les animaux parcourent les pleines sans se soucier de rien ni de personne, le vent faisant dansé l'ensemble dans un rythme enivrent au fil des saisons. C'était beau. Et cette froideur dans le regard ; tel la neige recouvrant les arbustes et les terriers ainsi que les cavernes des mammifères, le hibou des neiges prenant son envol et le cerf majestueux avançant vers le lac.

Les saphirs à la lueur électrique contemplèrent les yeux de jades forestiers; si témoins d'événements, si spectateurs devant ce spectacle qu'est le monde et fenêtres de l'âme. Ils descendirent jusqu'aux cicatrices de la vampire, preuve des batailles qu'elle avait sûrement menées, ainsi que ses belles épaules aux clavicules parfaitement alignées, décorées d'une belle masse musculaire pour laisser place à une délicate nuque.

Les fils d'or du jeune homme dansèrent vers l'arrière gauche de son crâne. L'expression neutre de cette beauté sauvage ne le laissait pas indifférent. Voilà donc cette fameuse observatrice . Reine de la forêt.

-Kway


Il sourit avant d'incliner également la tête face à cette salutation, d'une langue qui lui était inconnue mais dont-il connaissait la signification. La lune brillait en direction de la femme, faisant briller sa peau mate montrant ses origines à la Rose. L'Afrique ? Le Sud d'Amérique ? Pleins de donnés de ces endroits traversaient son esprit pendant qu'il la contemplait.

J'peux demander c'qui t'amène ici ?


Son sourire ce fit plus large et doux, voyant la jeune femme observer la toile. Il se tourna vers la toile tout en laissant de la place à la Gangrel pour qu'elle puisse mieux l'observer. Il se tut un moment puis tourna sa tête vers elle et d'une voix calme et rassurante...

« Ça vous plaît ? »

Demanda-t-il en lui souriant. En attendant sa réponse, la Rose écoutait les murmures du vent lui caressant l'ouïe.



Couleur(#9932cc)
avatar
Jared Enfield CaHaix
Vampire
Vampire

Citation : No one's gonna take my soul away
Masculin Messages : 165
Bloods : 88
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Kaliska Kishi le Dim 15 Fév - 15:56

Kaliska et Jared
L'Artiste et la Sauvageonne



La maîtresse des lieux l'observa, aussi silencieuse que lui quelque secondes plutôt. Puis doucement, ramena son attention sur la toile, gardant le silence. Laissant ses yeux au couleur forestiers vagabonder sur la toile infinie, elle ne savait que répondre. Si elle aimait ? Elle n'était pas près de le dire ou de l'affirmer. Mais elle devait avouer qu'il y avait quelque chose dans le dessin qui l'attirait. Pour elle, ce dessin n'était pas utile ou même efficace, c'était un matériel qui était superflu et non nécessaire à sa vie sauvage, mais quelque chose l'intriguait définitivement.

Puis son regard se tourna sur le profil offert par l'homme. Elle n'était pas spécialement attirée par lui, mais elle était davantage intriguée par l'artiste qui avait laissé ces coups de crayon prendre forme pour offrit un visuel parfait de L'Aquahung. Cette toile lui rappelait un sentiment ancien qui se trouvait autrefois ici, prêt de cette rivière... Tout comme son clan, sa famille, son amant et amour. Elle ignorait si elle devait s'en réjouir ou crier de rage.

L'homme en question, dégageait une émotion forte, pleine d'Assurance et de confiance en lui, mais il ne semblait avoir cette arrogance hautaine de la plupart de vampire qu'elle avait côtoyée et rencontrée au long de sa longue vie. Elle ne détesta pas à première vue l'homme, ce qui était un bon point pour eux deux. La femme des bois appréciait découvrit, que se soit pour de nouvelle connaissance pour même la découverte de personnes, mais elle avait une haine pour tout ce qui était vampire, encore plus quand ils s'éclataient les bretelles en étalant leurs arrogances. Elle détestait encore plus les nouveaux nés qui se pensaient surpuissant et les nombrils du monde.

Finissant par hocher la tête positivement, elle laissa échapper un faible oui. Sa posture toujours droite, elle observa à nouveau la toile, puis le décor environnement. Il avait su prendre les moindres détails. La rivière semblait presque briller sous les rayons de la lune et pourtant, il avait su refaire la même chose, sans parler de la danse envoutante de la forêt. Elle finit par se rapprocher, prenant la place offerte par l'homme.

- Tu as sus faire un merveilleux travail... Laissa-t-elle échapper.

Elle croisa les doigts sur sa poitrine, secouant sa tignasse, le vent vient les rejeter vers l'arrière, dégageant son cou et ses épaules. Quelques présences animalières se firent sentir autour d'eux, mais toujours caché de leurs vu, bougeant au gré de leurs vies sans se soucier des deux jeunes gens.

- Tu as nouveau dans le coin ? C'était bien la première fois que j'entendais parler de toi...

* Pardon, pardon, j'ai eu une grosse semaine et je ferais mieux là prochaine fois... *





avatar
Kaliska Kishi
Vampire
Vampire

Citation : Là où sont mes pieds, je suis à ma place.
Féminin Messages : 65
Bloods : 90
Date d'inscription : 31/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Jared Enfield CaHaix le Lun 23 Fév - 19:07

Son regard se perdait vers l'horizon tout à coup, le satelite était encore plus blanc. Un blanc neige, oui. De la neige décorait son esprit, mais pas son environnement malheureusement. S'il était encore humain il aurait laissé un doux soupir s'échapper de sa bouche, mais il resta silencieux, les yeux rivés vers l'horizon. Sous l'effet de son esprit, tous les arbres qui les entouraient se couvrirent de neige, l'air se fit plus glacial et les animaux se réfugiaient pour fuir le froid. Et devant lui, un cerf blanc. Son cerf. Rien que le voir, ça lui provoquait une sorte de catatonie intérieur, comme un suffoquement mais de l'extérieur rien n'était apparent ; comme ci tout allait bien.

Un oui le coupa de ses pensées, une partie de lui remerciait ce mot pour l'avoir libéré de sa propre transe. Le oui en question provenait de la belle Gangrel, elle paraissait hypnotiser par son chef-d'oeuvre. Une réaction que la Rose avait vue plusieurs fois mais cette dernière lui attirait bien plus d'attention que les autres auparavant. Un sourire se dessina sur sa bouche en observant la vampire, que pouvait-elle bien penser au fond d'elle ? Il pouvait très utiliser son pouvoir pour lire dans sa mémoire mais cet acte était répugnant et pervers selon lui. L'esprit humain comme vampirique était comme une sorte de temple où pas n'importe qui pouvait y pénétrer. Et puis de toute façon, l'imprévisible était toujours exaltant, augmentant cette faim de curiosité, cette envie de connaître la suite. Voilà ce qu'elle dégageait, de l'imprévisibilité.


Tu as sus faire un merveilleux travail... 
Le sourire de l'Artiste se fit plus large et chaleureux et se tournant vers elle. C'est bien là l'un des rares compliments qui le touchaient depuis le début de sa non-vie. Jared regarda à nouveau la toile qui avait déjà séchée et rentra ses mains dans ses poches. Il regarda un court instant la jeune femme.

« Merci, votre éloge m'honore au plus haut point. »

Peut-être ce retour de compliment était un peu trop cliché, mais ces mots sortirent tous seuls de sa bouche. Dans sa profession il recevait toujours ce genre de compliment dû à son travail, mais la Rose n'en trouvait aucune satisfaction. Ce n'était pas son travail qui en méritait plus, mais lui qui le trouvait toujours un peu fade, comme si il ne se donnait pas à cent pour cent. Quelquefois ça le frustrait dans certains moments. Comme une sorte de blocage, une attente à une arrivée d'un nouvel élément dans sa non-vie. Une chose qui donnerait le coup de feu de départ ou le ciseaux qui couperait la ligne d'arrivée.

Tu as nouveau dans le coin ? C'était bien la première fois que j'entendais parler de toi...

« Pas vraiment, ça fait un certain temps que je suis à New York, mais ces promenades forestières sont mes premières ici. »

Il fit une pause.

« Moi aussi, en ville certains parlent de vous et de vos services. Je n'ai rien contre cela, en plus je sais que vous faites attention. »

Il lui montra un sourire complice en attendant ses prochaines paroles.


(T'inquiètes pas je suis patient :3 et tes réponses sont toutes parfaites!

Ps: dsl pour le retard également XD)



Couleur(#9932cc)
avatar
Jared Enfield CaHaix
Vampire
Vampire

Citation : No one's gonna take my soul away
Masculin Messages : 165
Bloods : 88
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Kaliska Kishi le Ven 27 Fév - 18:49

Kaliska et Jared
L'Artiste et la Sauvageonne


La Gangrel haussa un sourcil, portant son regard forestier sur ceux de son compare. Elle savait que beaucoup parlaient d'elle, ils parlaient tous entre eux des non-vivants et encore plus de ceux qui sortaient de ''L'ordinaire'' vampirique. Elle-même, aillant déclinée les offres de rejoindre la Camarilla ou même la Sabbat, sans parler des Anarchistes qui travaillaient dans le coin, mais ces groupes n'avaient aucune importance à ses yeux, elle ne voulait avoir aucune affiliation directe avec eux et encore moins en être associée. Elle avait appris avec le temps qu'il y avait bien pire que des humains avec des torches enflammées, il y avait les vampires trop ambitieux qui cherchaient le pouvoir.

Mais à ses yeux, le travail était le travail et malgré tout, il fallait un minimaux d'influence pour survivre dans ce monde et elle se complaisait bien son dans métier même si plusieurs vampires n'appréciaient pas spécialement le partages d'information.

Elle leva les yeux lui, lâchant enfin la toile qui se dressait devant elle. Elle n'était pas très sure de bien comprendre le sens de sa phrase, était-ce une manière de rire d'elle ? Cachait-il autre chose sous ses paroles ? Aussi rapidement que le vent avait fait son apparition, il disparut, laissant le calme retomber sur cette clairière. Un calme surnaturel prit place, près froid, comme le tempérament de sa maîtresse. Elle laissa quelques secondes s'écouler, essayant de ne pas prendre le toute personnelle surtout devant l'attitude calme et presque joyeuse de Jared.

- Les gens parlent beaucoup, les vampires encore plus... Ils ne sont jamais satisfaits et recherchent toujours plus. Mais toi, tu dois plutôt être discret dans la société vampirique...

Elle décroisa les bras, elle les laissant retomber le long de son corps athlétique. Elle se rapprocha, brisant la barrière personnelle pour venir porter son visage tout près du sien, l'observant de ses yeux inquisiteurs. Elle fit ensuite le tout de lui, l'animal en elle l'observait davantage, à la recherche d'information et d'une piste possible. Comment quelqu'un qui se trouvait ici à New York était-il passé sous son radar ? Elle appréhenda sa posture, son odeur, ses vêtements et tout autre petit détail qui pourrait lui être utile.

Il sentait définitivement la ville, la peinture et une autre odeur, du parfum ? Celle qu'il pouvait porte ? Celle d'une autre femme, d'un environnement clos comme une maison ? L'odeur de la forêt s'accrochait désespérément à lui, voulant arracher les autres odeurs intruses sur son territoire.

Elle réfléchit, plusieurs boutiques avaient ouvert leurs portes, mais avait surtout des propriétaires vampires. Il y avait ''La vie en rose'' une boutique de tatouage qui semblait appartenir à une jeune femme à la chevelure rose fluo, sans parler de la Discothèque Third Abomination que tenait Mary-Hell, un personnage à éviter. Il y avait ''As Time goes by...", un autre membre d la Camarilla, une plantureuse rousse, sans oublier le théâtre d'Akeron. Mais il y avait bien un bâtiment donc elle avait eu connaissance, "Le Cerf Blanc" était une galerie d'art, un certain Primogène de la Camarilla y avait prit place, mais plutôt discret le bonhomme, elle n'avait presque rien eut sur lui. Ce pourrait-il que ce soit ce jeune homme devant elle ? Il semblait bien aller avec le profile.

Elle finit par prendre position à ces côtés, mais face à la toile de la forêt. Croisant à nouveau les bras, elle garda les yeux fixés sur la toile, distraite et rêveuse. Sa voix s'éleva doucement :

- Vous ne serez pas le propriétaire de la Galerie d'art ?Déclara-t-elle en tournant la tête vers lui, plongeant ses pupilles émeraude brillante dans les siennes.



avatar
Kaliska Kishi
Vampire
Vampire

Citation : Là où sont mes pieds, je suis à ma place.
Féminin Messages : 65
Bloods : 90
Date d'inscription : 31/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Jared Enfield CaHaix le Sam 7 Mar - 18:20

Les gens parlent beaucoup, les vampires encore plus... Ils ne sont jamais satisfaits et recherchent toujours plus. Mais toi, tu dois plutôt être discret dans la société vampirique... 

Et même encore plus. Individualistes, égoïstes, manipulateurs, calculateurs et traîtres, voilà ce qui définit leurs semblables. Les murmures, les racontars salaces où secrets gênants ont été leurs meilleures armes dans ce monde. Les utilisent pour se frayer un chemin vers le haut de la hiérarchie, voulant à chaque palier monter de grade et obtenir plus de puissance. Comme si un deuxième instinct leur réclamait du pouvoir et encore du pouvoir, comme une sorte de cercle vicieux qui n'en finit pas. C'est d'ailleurs cela la Camarilla, derrière le beau discours de la sécurité de tout le monde, il y a cette face cachée de fighting club où on doit rouler l'adversaire dans la poussière autant de fois nécessaire.

La jeune femme disait qu'il était discret, l'homme arqua un sourcil avec surprise. Il ne cherchait pas à éviter les gens ou à se faire une réputation de Lockness. Bien qu'il sache quand disparaître il ne joue pas aux jeux de cache cache, il savait se faire remarquer quand il le désirait, mais l'attention du public le lasse de temps à autre. Il avait déjà assez d'influence et en ce moment il fallait être sur ses gardes car lorsqu'on est nouveau sur New York on est une proie potentielle.

« Tout dépend de ce quoi vous appelez par discret. »

Répondit-il en souriant avant que la Louve ne vienne s'approcher davantage à lui. Une toute petite distance et les séparaient leurs regards se fouillèrent mutuellement. Que voulait-elle voir ? Que voulait-elle chercher ? Ses yeux inquisiteurs essayaient de percer le voile qui entourait la Rose, un voile brumeux et solide. Puis elle vint tourner autour de lui comme s'il était sa proie, telle une panthère qui se prépare à bondir au cou du lièvre. Mais le lièvre est astucieux et a des griffes de lions dans ses petites pattes toutes douces. Jared se contentait de rester immobile, attendant qu'elle arrête de faire sa ronde. Cette rencontre le divertissait d'une certaine manière, il vivait quelque chose d'intéressant ce soir.

Elle s'arrêta à côté de lui en contemplant une nouvelle fois la toile. Il tourna la tête vers elle avant que sa voix se fasse entendre doucement.

Vous ne serez pas le propriétaire de la Galerie d'art ?


*Trouvé*
« Vous m'avez démasqué, bravo. »


Il prit une inspiration inutile à ses poumons avant de regarder l'horizon avec toujours le sourire aux lèvres.

Note:
Désolé!Désolé!Désolé!Désolé!Désolé!Désolé!Désolé!Désolé!Désolé!Désolé!
J'ai fini mes examens du deuxième trimestre *A* et désolé encore, l'inspiration était molle...



Couleur(#9932cc)
avatar
Jared Enfield CaHaix
Vampire
Vampire

Citation : No one's gonna take my soul away
Masculin Messages : 165
Bloods : 88
Date d'inscription : 21/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Artiste et la Sauvageonne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum