Lucky or not

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lucky or not

Message par Karmina Lolth le Jeu 7 Aoû - 16:31

Depuis toujours, elle avait considéré la chance être de son côté. Encore ce matin alors qu’elle avait une journée de libre, elle s’était trouvée terriblement chanceuse. Cela faisait un certain moment qu’elle n’avait pas pu avoir de moment vraiment à elle, seule pour profiter d’elle ne savait trop quoi, le calme surement. Ce matin-là, elle s’était donc levée avait pris une bonne douche et s’était habillé. Rien de vraiment extravagant, une paire de pantalon trois quart moulant en jean, des convers noirs délavé, un t-shirt noir et une veste grise foncée. Dans un sac en bandoulière, elle avait fourré son téléphone son lecteur de musique et ses écouteurs ainsi que des livres. La température était fabuleuse en plus. Quand elle avait mis les pieds à l’extérieur le soleil était chaud, c’était agréable avec cette petite brise! Une véritable libération de sentir le soleil sur sa peau. Se rendant à son scooter, la jeune femme avait mis son caste et démarra sans problème. Elle conduit jusqu’au Bronx, au parc. Normalement elle se rendait à pied à central parc, mais cette fois elle avait envie de quelque chose de plus naturelle, de plus pure, avec moins de monde. Car le désavantage de central parc c’était que c’était toujours terriblement achalandé. Il n’y avait pas de coin paisible, de tranquillité.

La journée fut tout simplement splendide. En arrivant, la jeune femme put laisser son scooter près de la maisonnette du gardien de sécurité sans problème. Elle marcha alors ensuite dans le parc un bon moment. Ses écouteurs dans les oreilles, elle se sentait porter par la musique. Une fois qu’elle eut trouvé son coin, elle s’installa, d’abord, elle passa un coup de fil à ses parents en Transylvanie. Certes le longue distance coutait cher, mais elle savait qu’elle y avait droit une fois par mois, tant de minutes, donc elle en profitait. Puis une fois qu’elle eut pu parler à tous les membres de sa famille, la jeune femme remit ses écouteurs et monta un peu le son. Se laissa aller le dos dans l’herbe. Ses yeux se perdirent dans la magnificence bleue du ciel. Les quelques petits nuages glissant sur ce tableau uni et lumineux. La chaleur du soleil sur sa peau faisait un bien fou. Après un bon moment, elle oublia l’option de lire et resta simplement étendue dans l’herbe à écouter sa musique. Un moment de paix, un petit coin de paradis.

À un certain moment néanmoins il fallait de réveiller, ce qu’elle fit. Se redressant en s’étirant, le soleil était beaucoup plus bas. Elle chercha et attrapa son téléphone pour y voir l’heure. Waw, déjà!? Elle avait sauté l’heure du dîner et il était déjà l’heure du souper. Pas étonnant qu’elle ait un petit creux. Voyant cela, la jeune femme se redressa et marcha de nouveau pour retourner à son scooter. Elle était toujours aussi calme et il faisait toujours aussi beau, donc ce n’était pas un problème. Mais peut-être que la chance lui jouerait un tour. Une fois arrivé à son scooter, elle y prit place et plaça la clé pour partir l’engin, mais rien …. Enfin, presque, mais il ne voulait pas démarrer! Elle réessaya une nouvelle fois, puis une autre et encore. Rien, quelque chose avait claqué et là, elle n’avait plus de moyen de se rendre chez elle. La jeune femme resta assise dessus, casque après une poignée et appela un taxi. La suite fut de l’attente.

Mais après plusieurs heures, c’était évident qu’on l’avait oublié. Soupirant en regardant le ciel bien que toujours bleu le soleil commençait sa descente tranquillement et elle, elle avait faim. Bon allez, cela la mettrait en forme. Elle réessaya son scooter pour voir, toujours rien. Elle retira donc le pied, le tint par les poignées et commença à marcher. Ce serait long, mais pas impossible après tout.

Après une heure de marche elle commença à penser à arrêter à une cantine ou quelque chose, parce que son ventre n’arrêtait pas de se plaindre. Malheureusement, elle ne connaissait pas le coin. Cherchant un dépanneur, une épicerie, n’importe quoi, ce fut sur un garage qu’elle tomba à la place. Elle décida d’arrêter, si il ne pouvait pas réparer son scooter, peut-être pourrait-il lui indiquer où elle pourrait trouver quelque chose à se mettre sous la dent. Elle laissa le scooter dehors devant la porte de garage ouverte et s’avança doucement ne voyant personne.

« Bonjour? … Heum … J’aurais besoin d’un coup de main s’il-vous plait. »

Un petit regard rapide à l’intérieur pour tenter de voir si quelqu’un était là, mais c’était plutôt mort. Elle tenta de nouveau.

« Il y a quelqu’un? »

Remarque vu ça non chance des dernières heures, ça ne l’étonnerait pas qu’il n’y ai personne. Mais ça aurait pu être pire, au moins, il faisait beau et encore soleil, donc pas besoin de paniquer!
avatar
Karmina Lolth
Ghoule
Ghoule

Citation : Rescue me somehow...
Féminin Messages : 30
Bloods : 57
Date d'inscription : 17/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Castiel Willer le Ven 8 Aoû - 9:41

« Une bière s'il te plaît Amy. » commanda t il.
Castiel avait bien bossé cet après midi, et il faisait chaud. Le travail plus la chaleur valaient bien une bière en récompense.

« Alors beau gosse, on fait une pause ?
- M'en parle pas, j'ai du me déplacer jusqu'à un particulier qui était tombé en panne pile la ou y'avait pas d'ombre... »
La gérante du bar habituel de Castiel rit et lui servit sa bière méritée. Il lui fila plus de dollars qu'il ne lui devait pour la bière, il faisait ça à chaque fois et chaque fois elle lui rendait quand même la monnaie. Il glissa les billets rendus dans la poche arrière de son jean taché de cambouis, décidément il s'en séparait jamais de ses jeans tachés.
Il passa bien une heure dans le bar à se reposer et la chaleur commençait tout doucement à descendre à l’extérieur. Dès qu'il l'eut l'envie, il repartit comme il était venu, à pied. Il marcha les mains dans les poches, à l'ombre des bâtiment. Le soleil commençait tout juste à se coucher.
En rentrant chez lui, il ouvrit la porte du garage en grand. Ici il faisait frais, il alluma les lumières et laissa tout en plan pour aller prendre une douche.
La chaleur revenait à transpirer. Castiel ne comptait pas vivre dans la crasse, à moins celle de la mécanique mais l'essence sentait meilleur que la sueur à son goût. Et puis bon parfois il fallait quand même accepter de se salir les mains pour ses activités. De sang ou d'huile. Tuer faisait aussi parti de son boulot, bien qu'aujourd'hui il ne ressentait pas le besoin de le faire. Sa dernière élimination remontait à 5jours et depuis il ne sentait pas de danger dans le coin.
Si Castiel se battait contre les monstres de la nuit c'était avant tout pour assurer un équilibre dans les vies des vivants, des humains. Alors lorsque son instinct ne le prenait pas aux tripes, il ne tuait pas. Au contraire de certains Hunter qui cherchaient à tuer le plus de vampire possible, pour Castiel le nombre importait peu, il fallait faire comme eux, choisir bien sa cible pour mieux l’éliminer. Parfois tuer le bon vampire, était plus bénéfique que d'essayer d'en éliminer le maximum. Et puis le mécano savait bien que jamais il n'arriverait à les rayer de NewYork, alors mieux valait maintenir un équilibre. Il lui arrivait souvent de se demander si l'humanité était de taille contre eux... ? Lui n'était qu'un humain, serrait il de taille toute sa vie à les affronter ? Cela faisait 10 ans qu'il exerçait à NewYork et bien qu'ayant de l’expérience et des connaissances il sentait tout de même qu'il n'était rien par rapport à TOUT ce qui l'attendait derrière les rues sombres de la ville. Certaines choses lui échappaient, oui, les humains seraient ils de taille un jour ? Tout seul Castiel n'arriverait pas à les affronter toute sa vie...
Après avoir réfléchi à tout ça sous la douche, il sortir se sécha rapidement les jambes et enfila un boxer, un jean propre bien qu'usé par le temps. Il chopa un marcel noir qu'il n'enfila pas de suite, avant ça il voulait fumer quelques clopes dans son garage en regardant sa Ford des années 50 qu'il avait récupérer il y avait peu, malheureusement il fallait qu'il la retape. Il chercha ses paquets de cigarette dans son appart' et ne les trouva pas, il avait du les laisser dans son garage, sur son établi juste devant la porte du garage. Il descendit les escaliers du 3ième étage et passa par la porte qui lui était réservé. C'est en l'ouvrant qu'il entendit la voix d'une jeune fille appeler à quelqu'un. Il poussa la porte et s’avança jusqu'à la voix. Il vit alors une jeune fille de taille moyenne voir petite, enfin... la taille il avait du mal à la juger car du haut de ses 1m 92 il voyait les autres un peu petit. Elle avait la peau couleur caramel, l'air doux et des putain d'yeux. Elle n'était pas typique des autres jeunes femmes, car des belles femmes il y en avait plein, allez savoir comment celle ci arrivait à se démarquer des autres aux yeux du mécano. Elle était d'une beauté atypique.
Elle poussait un scooter avec ses deux petits bras enflés comme des coucou. Castiel rit doucement et se plaça à sa droite, là il y avait son établi ou il avait laissé ses clopes. Il s'en alluma une et accueilli la jeune fille sans même prêter attention au fait qu'il était torse nu, étourdi ? Nan juste une banalité pour lui.

« Tu es tombée au bon endroit toi, j'imagine que ton scooter a quelques soucis ? »

Il serra sa cigarette entre ses dents et prit le guidon à la place de la jolie gamine.
« excuse moi. » dit il par politesse pour ne pas la pousser.

Il tenta de démarrer, évidement ça ne démarrait pas. Il retenta une, puis deux fois encore et entendit un bruit bizarre venant du carburateur. Il se baissa et chercha ou celui ci se trouvait, trouvé.

« Je crois savoir ce que c'est, faut que je démonte la pièce pour en être sur, ça va prendre un peu de temps car s'est monté avec un tel bordel la dedans ! »

Castiel était toujours aussi efficace, on lui donnait un truc cassé et il n'attendait pas pour le réparer. Il se releva, se retourna, attrapa quelques outils, tira une vielle chaise de jardin blanche et la proposa à la jolie fille :

« Asseye toi là si tu veux.»

Il s’accroupit et commença à démonter les pièces qui gênaient à l'inspection du carburateur. Le silence commença alors à régner et Castiel ne savait pas comment le briser. Pour parler de caisse ça allait, mais dès qu'il s'agissait d'avoir une conversation censée avec un ou une inconnue, c'était plus compliqué. Il se dit qu'il allait laissé le silence opérer comme tout le temps, car beaucoup de gens n'aimaient pas le vide et finissait par engager la conversation par eux même, lui, il en était incapable.



Surprise mon con ! La vie est pas si moche tu vois ?
« Ta gueule dieu, je t'emmerde. »
avatar
Castiel Willer
Administrateur
Administrateur

Citation : Et ma clé à molette dans ta gueule.
Masculin Messages : 376
Bloods : 193
Date d'inscription : 10/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Karmina Lolth le Mar 12 Aoû - 9:57

La journée avait bien été en général, du moins la première moitié de celle-ci. Car pour la deuxième moitié, c’était une autre histoire. La jeune femme aurait peut-être du écouter sa coloc quand elle lui avait dit qu’acheter un scooter usagé ce n’était pas une bonne idée. Un neuf c’était plus cher, mais on s’évitait une tonne de frais supplémentaires. Peut-être aurait-elle dû le considérer. Mais honnêtement, elle n’avait pas vraiment envie d’y penser pour l’instant, elle avait trop faim et chaud, même si le soleil était sur sa descente. Et puis, il  avait aussi le fait qu’elle pouvait entendre sa coloc d’ici lui crié un « Je te l’avais dit ». C’était simplement l’orgueil, mais c’était tellement désagréable quand même. Enfin, au moins elle avait trouvé un garage … Même si pour l’instant il ne semblait pas y avoir personne. Un soupir avait franchis les lèvres de la jeune femme alors qu’elle se disait qu’elle devrait très certainement marcher le reste du trajet complet. Pourquoi pas après tout, hein? Mais il n’y avait qu’une seule chose qui la stressait. Le Bronx au coucher du soleil. On lui avait très clairement dis d’évité et pas pour une question de gang de rue ou de thugs. Alors si elle voulait marcher le trajet complet, elle devait se décider là. Parce que ce ne serait pas quand le soleil serait couché que ce serait le temps de le faire. Mais sérieusement, elle avait tellement faim, on aurait pu entendre son estomac à des lieux à la ronde tellement il grondait fort. Pourtant elle n’était pas une personne qui mangeait beaucoup, surtout depuis son nouvel était, mais elle en avait quand même de besoin de temps en temps. Après tout elle restait humaine.

Ce fut environ à ce moment-là que la voix d’un homme retentie. Relevant la tête, la jeune femme à la peau mate aperçue l’homme en question, propriétaire de la voix venir vers elle. Il ne portait pas de chandail et on ne pouvait pas dire qu’il était désagréable à regarder, mais pour l’instant, elle était beaucoup plus intéresser par un potentiel burger que par des abdos bien formés. Elle n’eut le temps que de bredouiller un petit « ouais », avant que l’homme sans chandail ne s’excuse et prenne son scooter. Sans dire un mot, elle le laissa faire. Il lui tira une chaise et tout, ce qu’elle trouva très sympa d’ailleurs, mais elle ne s’assit pas tout de suite. Surtout en le voyant commencer à s’en prendre à son scooter. C’était bien gentil de sa part de vouloir le réparer aussi vite, mais elle n’avait pas énormément d’argent et certainement pas les moyens de se payer ça en ce moment. Ce fut donc effectivement elle qui brisa le silence, mal à l’aise.

« Hmm pardon, mais … Combien cela va-t-il me couter? Je suis étudiante, je n’ai pas énormément d’argent sur moi … »

Surtout qu’elle devait manger. Son ventre se plaint d’ailleurs à ce moment-là. Posant ses mains contre ce dernier pour tenter d’étouffer le son de gargouillis provoqué par la faim, elle sentit un peu stupide. Surement que l’homme lui demanderait ce qu’elle était venue faire dans un garage si ce n’était pas pour faire réparer sa tondeuse à deux roues. Peut-être serait-elle mieux de lui dire tout simplement. En plus ça éviterait de se faire moquer sur son ventre qui criait au meurtre et à la famine. La jeune femme, douce et timide, clairement embarrassée reprit donc la parole. Son ton de voix était très doux naturellement, avec des arômes, pour ne pas dire un accent roumain bien prononcé malgré son anglais impeccable.

« Je m’étais surtout arrêté pour demander si vous connaissiez un endroit pas loin où je pourrais manger … »

Et là voilà qui était de nouveau encore plus mal à l’aise. Elle sourit néanmoins, surtout que le mécanicien avait déjà commencé à regarder sa bicyclette à moteur. Elle sourit un peu bêtement, ses mains toujours devant son ventre avec un petit air désolée. Après tout, valait mieux le dire, elle n’était pas une voleuse, elle ne le ferait pas travailler puis dire qu’elle ne pouvait pas payer. Surtout que cet homme avait l’air gentil.
avatar
Karmina Lolth
Ghoule
Ghoule

Citation : Rescue me somehow...
Féminin Messages : 30
Bloods : 57
Date d'inscription : 17/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Castiel Willer le Mar 12 Aoû - 14:48

Elle avait du se garer près du parc, c'était sur ! Elle était pas la première qui amenait son deux roues car il démarrait plus. C'était pas l'humidité qui posait problème, mais les petits cons. Castiel en était persuadé, y'avait un enculé près du parc qui flinguait les carburateurs des deux roues avec de l'eau  et la belle fille en était le quatrième cas qu'il croisait. Mais merde c'était quoi leur problème aux mecs dans le Bronx, je vous jure y'en avait, ça tournait pas rond dans leur crâne.
Mais bref, ça lui donnait du boulot pour quelque chose de peu important. Ça lui coûtait peu, à part du temps comme dans ce cas la, car bon sang, qui avait monté ce bordel ?! A première vue, voilà, c’était un scooter tout à fait normal, mais prenez les yeux d'un mécano et constatez que c'est un foutoir ! Fallait démonter la pièce en plastique qui était dissidente car refixé avec d'autres visses, en espérant que c'était pas elle qui avait fait ça, que le scooter appartenait à quelqu'un d'autre avant car c'était stupide de rajouter des visses comme ça, travail de sagouin. Celui qui avait fait ça fallait lui interdire de s'approcher d'une caisse, ou de Castiel.
Il commença donc a dévisser les visses, tirer un peu pour que la plaque s'enlève et bordel il constata, des tuyaux qui n'avait rien à foutre la passaient juste devant le carburateur. Rien de grave il suffisait de les coller avec du sctoch épais pour les remettre derrière car en vérité il y avait risque qu'ils s’abîment ainsi, c'était simple, mais ça demandait plus de temps. Et comme le mécano savait que la panne était bénigne, ça le faisait soupirer d'y passer plus de temps pour quelque chose de stupide, mais bon, il fallait qu'il en ai le cœur net, il se releva pour aller chercher du scotch, mais la jeune fille parla, il se tourna vers elle pour l'écouter.
Elle lui dit qu'elle avait pas beaucoup d'argent, s'inquiétant du prix qu'elle devrait payer . Il voulu lui répondre mais il se fit couper la parole par un ventre, oui un ventre lui coupa la parole. Elle avait faim, même à sa tête ça se voyait. Amusé, il lui sourit.
Ce qu'elle annonça ensuite ne l'étonna que peu, elle cherchait un endroit ou manger. Il n'empêche que son scooter ne fonctionnait plus et qu'elle était tombé sur un mécano, si ça c'était pas de la chance Dieu dîtes moi donc imbécile ce que c'était.
Il lui rendit encore une fois un sourire la regardant quelques seconde de ses yeux turquoise. Il se tourna et attrapa un chiffon à la base blanc mais taché et usé par la mécanique. Il s'essuya les doigts.
Il avait commencé le boulot, s'arrêter la pour si peu, ça lui déchirerait le cœur.

« Je pense savoir ce que c'est et honnêtement je te ferai pas payer pour si peu. Attend juste deux minutes. »

Il lui ré-indiqua la chaise et susurra « juste deux minutes. »
Il tira un coup sur sa cigarette et la serra entre ses dents afin qu'elle ne tombe pas lorsqu'il bricolerait une fois de plus. Il se baissa et rattacha rapidement les tuyaux. Certes il aurait aimé prendre son temps mais on ne faisait pas attendre une femme, surtout pas une belle femme. Ceci fait, il tendit le bras pour attraper une clé à molette qu'il avait laissé sous sa magnifique Ford des années 50. Il réussi plus vite que l'éclair à venir à bout de ce fiche carburateur, il regarda à l’intérieur il y passa son doigt, et ce fut comme il l'avait pensé. Il se releva, le carburateur a la main regardant encore dedans et prit la parole :

« Voilà, c'est tout con, y a de l'eau dans ton carburateur. J'aurais juste besoin de le nettoyer avec de l'essence, donc si ça t'arrive tu démontes cette merde et tu le nettoies surtout pas avec de l'huile, ni de l'eau ni tout ce que tu veux mais avec de l'essence, ça pue, ça tache mais ça marche, et si tu veux pas t'y tenter tu reviens me voir, si tu veux pas que ça t'arrive encore une fois tu te gares pas près du parc. Je pense qu'il y a un rigolo qui aime faire des blagues aux deux roues là bas. »

Il lui sourit et tout en allant chercher un bidon d'essence il continua :

« Évidement je ne te ferai pas payer pour si peu, normalement je demande 20$ pour ça, mais j'ai su ce que c’était que de galérer niveau argent alors disons que c'est juste un service, ok ? »

Les gens qui n'avaient pas de problème d'argent ne pouvait pas savoir tout ce qu'on pouvait faire avec 20$, c'était précieux je vous jure. Il choppa son bidon d'essence et vu qu'il était vide.

« Tu me disais que tu avais faim hein ? Je connais un cuisto dans le little italy qui me doit un service, je vais lui prendre de l'essence, tu veux manger là bas ? Ses pizzas sont un régale, sinon y a toujours un restaurant à deux pâté de maison, mais t'étonnes pas si tu retrouves des mites dans tes nouilles. »

Il posa son bidon vide, se rinça les mains à l'eau et au savon, enfila son marcel qu'il avait posé sur sa Ford et son blouson en cuir, discrètement il attrapa sa ceinture sur laquelle se trouvait son arme et la planqua dans son jean ni vu, ni connu !
Il chopa les clefs de sa moto, se tourna vers la jolie fille, tout en lui souriant il lui lança :

« C'est comme tu veux, tu viens avec moi alors ? »



Surprise mon con ! La vie est pas si moche tu vois ?
« Ta gueule dieu, je t'emmerde. »
avatar
Castiel Willer
Administrateur
Administrateur

Citation : Et ma clé à molette dans ta gueule.
Masculin Messages : 376
Bloods : 193
Date d'inscription : 10/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Karmina Lolth le Jeu 14 Aoû - 22:52

Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas payer ou tenter de se faire payer les réparations. Loin de là, quand on lui rendait un service, elle aimait pouvoir payer en fonction. Mais elle savait bien ce que ça coutait un mécano. Les coups étaient généralement plus élevés que ce à quoi on s’attendait. Donc, même si ça n’avait été qu’un fil de mal connecté qu’il aurait dû recoller avec du scotch, elle s’attendait à rien en bas de 50 dollars au moins. Et ce cinquante dollars, ben si elle voulait manger aujourd’hui et le reste des deux prochaines semaines, elle en avait de besoin. Il ne fallait pas pensé qu’elle était en manque d’argent, au contraire, pour une étudiante elle était plutôt aisée, mais elle aimait être raisonnable. Après tout c’était de cette manière qu’elle arrivait à faire des économies pour aller voir sa famille. Enfin, après elle verrait bien, mais c’était la moindre des choses qu’elle énonce ses véritable intention au mécanicien qui semblait très motivé à réparer son scooter. Pas non plus qu’elle ne voulait pas le faire réparer, il lui était drôlement pratique. Bordel, ce qu’elle avait faim. Ça la faisait se perdre dans son propre esprit. Sérieusement n’importe quoi, une épicerie, un dépanneur, juste quelque chose pour se mettre sous la dent. Parce quand elle avait trop faim trop longtemps, elle savait la faim se faisait remplacé par quoi. Et elle tentait de l’éviter le plus possible. Elle en dépendait déjà, comme un junkie, alors si en plus elle faisait exprès. Non! En plus elle s’était promis de diminuer. En prendre moins …

Voilà, maintenant qu’elle y pensait, elle en avait envie. C’était comme une drogue ce truc, elle le savait bien. Au début ça ne lui dérangeait pas vraiment. Mais depuis peu, à peine quelques mois, elle n’aimait plus ça. Ce n’était plus une preuve d’amour. Et ça lui fendait le cœur, car, elle y était encore attachée. Donc elle fermait les yeux et ignorait.

Le mécano la ramena un peu de son était de pensé en lui disant deux minutes. Deux minutes? La jeune femme à la peau mate prit place sur la chaise et observa l’homme faire. Et plus elle le voyait démonter son scooter plus elle avait peur. Vraiment, elle était mal à l’aise. Elle lui aurait bien répéter d’arrêter, mais … C’était encore plus stupide, elle se sentait presque mal de l’interrompre. Il lui dit alors de quoi cela s’agissait. C’était peut-être tout bête, mais ce n’était pas très sympa. Il lui expliqua alors comment le réparer si cela lui arrivait de nouveau. La jeune étudiante le regarda avec un sourire un peu bête. Sérieusement, jouer dans un corps humain oui, joué dans un moteur? Très peu pour elle. Elle irait le faire faire plus qu’autre chose. Par la suite, il lui parla du prix, à son étonnement ce n’était vraiment pas beaucoup, Mina insista alors.

« Je peux vous payer! … Je pensais que ça couterait 150$ … Et bon je n’étais pas vraiment prévu à mon budget. Mais pour 20$ ce n’est pas un problème! »

Et puis, pour elle s’était la moindre des choses. Par contre, elle n’avait pas d’argent cash sur elle. Il faudrait qu’elle trouve un guichet en plus d’un resto. Le mecano lui proposa alors quelque chose. L’idée de pizza lui tentait particulièrement. Et puis, la petite Italie, elle connaissait. C’était vrai qu’il y avait de bons restos abordables en plus. Mais si son scooter n’était pas réparé, cela voulait dire qu’elle allait embarquer avec ce dernier. De nouveau on put voir un peu le malaise chez elle. Elle n’était pas sensé voyager avec des étrangers, surtout dans le Bronx. Instinctivement, elle porta sa main à sa nuque là ou son tatouage de cerise se trouvait. En même temps … Elle avait drôlement faim ... Comme en témoigna son ventre de nouveau. Par honnêteté, elle voulut avouer sa situation, mais elle se sentit stupide comme une gamine.

« Je ne suis pas vraiment sensé côtoyer des étrangers… » Ça sonnait terrible. Même si elle avait voulu être honnête.

Baissant sa tête de nouveau son ventre se plaignit et elle y posa sa main qui quitta sa nuque. Cet homme n’avait pas l’air méchant. Et puis c’était le jour encore, plus pour très longtemps, mais. Il ne pouvait pas être un ennemi, non? Juste pour cette fois peut-être pouvait-elle faire une exception? Après tout, elle avait vraiment faim et puis son scooter était mort. Si personne ne la remarquait et allait le répéter à sa sire, ça ne faisait de mal à personne, non? Prenant une bonne inspiration elle releva la tête et se risqua à demander stupidement, mal à l’aise.

« Est-ce que vous me promettez que vous n’êtes ni dangereux ni un maniaque? »

Qu’est-ce qu’elle perdait à le demander après tout? Excepter de le froisser ou de faire rire d’elle. Mais ce n’était pas demander méchamment Plutôt timidement et de manière incertaine. Après tout, elle avait vraiment faim là.
avatar
Karmina Lolth
Ghoule
Ghoule

Citation : Rescue me somehow...
Féminin Messages : 30
Bloods : 57
Date d'inscription : 17/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Castiel Willer le Lun 18 Aoû - 10:52

Des filles, Castiel en avait rencontré pas mal. Dès tout jeune il avait eu un peu de succès car c'était un beau gamin, puis en grandissant il s'était étoffé, il était devenu plus grand encore, plus musclé, plus carré, un visage de beau garçon, il en faisait craqué plus d'une. Bien qu'il ne s’intéressait guère à ses histoires d'amour, il avait fricoté comme tous et avait découvert la femme sous plusieurs plan sans vouloir y inclure l'amour mais tout en  y gardant la fidélité et l’honnêteté. Chacune de celle avec qui il était sorti avait été mises au courant dès le début, « Il faut que tu saches que je suis pas un amoureux. » et chacune d'elle avait cru qu'elle le changerait et qu'il finirait par les aimer amoureusement. Ça avait défilé donc, alors des filles, il en avait vu de toutes les couleurs sous toutes les formes. Entre celles qui finissaient par te détester car tu ne ressentais rien pour elles et celles qui s'accrochaient désespéramment jusqu'au bout même après que tout soit terminé, Castiel avait cru tout voir et pourtant il n'en voulait à personne.
Vu qu'il n'était pas un cageot, les plus belles femmes aussi il leur faisait de l’œil, donc quand il avait vu entrer la belle fille aux yeux pourpres dans son garage il n'avait pas compris comment celle ci arrivait à se démarquer des autres. Mais ce qu'il comprenait encore moins c'était la façon qu'elle avait d'agir.
Qui sur terre amenait son scooter chez un garagiste pour manger, Oh certes, il y avait eu confusion, mais dans le principe c'était bizarre.
Qui sur terre faisait payer une sommes astronomique pour un carburateur en eau ? Oh certes, les mécano de Manhattan était connus pour leur prix ahurissants.
Qui sur terre refusait un dîner gratuit quand son ventre hurlait famine très fort, Oh certes, il allait bientôt faire nuit et nous étions dans le Bronx.
Mais tout de même, ces petits détails firent sourire Castiel, en y repensant elle semblait juste maladroite ou étourdie, ceci expliquait cela.
Elle répondit qu'elle n'était pas sensé cotoyer des étrangers. Il sourit, un étranger ? C'était plutôt elle l'étrangère, il ne l'avait jamais vu dans le coin, sinon il l'aurait reconnu à coup sur, une fille aussi belle que ça, ça ne s'oubliait pas et puis par ici il connaissait tout le monde, en retour, tout le monde le connaissait.
Il lassa rapidement ses chaussure de militaire, constatant l’embarras de la fille il n'insista pas, la laissant seule avec son ventre qui hurlait encore et encore famine, il la vit poser sa main  dessus comme pour le faire taire, il sourit amicalement, la voyant dans le doute et ce qu'elle annonça juste ensuite il ne s'y attendait pas.
Elle demandait la promesse que Castiel n'était ni dangereux, ni maniaque... Dangereux d'accord si elle s'en souciait car elle ne le connaissait pas, mais maniaque ? Hein ? Pourquoi maniaque ?
Avait il l'air seulement maniaque à s'essuyer les mains dans un chiffon taché d'essence, dans un jean usé bien que portable, avec un cendrier bourré de clopes sèches et sur une moto sans casque, sans gants, sans bottes, sans protection ni rien ? Nan il n'était pas négligé, ni sale, mais de la à être maniaque, y'avait de quoi rigoler. Et puis en quoi c'était dérangeant qu'il soit maniaque ? Qui s'en souciait réellement ?
Il rit doucement en se rendant compte de la question bizarre, le danger certes, mais les manies, ça il avait pas compris.

« Écoute, je n'ai aucune arrière pensés que tu me crois ou non, mais sache qu'un dîner gratuit c'est difficilement refusable quand tu peux pas dépenser 150$ comme tu dis, alors monte sur cette moto, je vais pas te manger. »

Il secoua légèrement la tête en avant en souriant, qu'est ce que c'était que ce cinéma, il en revenait pas. Il rit silencieusement.
Une fois sur la moto, car il finit par y monter, il demanda tout de même :

« Pourquoi le fait que j'aurais pu être maniaque te gêne autant ? »

Il lui sourit amicalement, attendant sérieusement la réponse, curieux de comprendre ce qui l’embarrassait tant.



Surprise mon con ! La vie est pas si moche tu vois ?
« Ta gueule dieu, je t'emmerde. »
avatar
Castiel Willer
Administrateur
Administrateur

Citation : Et ma clé à molette dans ta gueule.
Masculin Messages : 376
Bloods : 193
Date d'inscription : 10/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Karmina Lolth le Mer 20 Aoû - 22:21

Sa question avait été déplacée. Elle ne l’avait pas vraiment voulu ainsi, mais elle devait se méfier de tout le monde. Sinon, si elle ne se méfiait pas, elle devait leur recommander le club. Mais soyons honnête. Cet homme n’avait pas du tout l’air d’être le genre d’homme à sortir dans une boite de nuit comme la third abomination. Et elle ne voulait même pas lui proposer. Surtout s’il lui chargeait que 20 dollars pour la réparation de son scooter. Mais c’était sorti tout seul, sans arrière-pensée, sans penser à mal, simplement pour demander en espérant une réponse honnête. Même si, de manière réaliste, un maniaque tueur en série ne lui aurait pas dit qu’il en était un. Bien que par moment c’était discutable pour certain cas. Mais pour le moment ça avait été la seule chose qu’elle avait pu penser à faire pour se protéger. Demander, innocemment et sans méchanceté. Avec simplement de la maladresse pour expliquer le fait que cela pouvait être terriblement mal pris. Mais vraiment, vraiment, elle n’avait pas voulu lui faire offense. Du coup après avoir posé sa question et s’être donner un deux seconde pour y penser, elle regarda ses pied. Peut-être effectivement cela n’aurait pas dû être dis ainsi. Ou être dit tout simplement. Soyons réaliste. Mais il était malheureusement trop tard, les mots avaient été dit et avait été entendus. Et bien oui, trop tard jolie petite demoiselle. Heureusement pour elle cet homme n’avait pas l’air d’être un mec à prendre les trucs trop personnel ou l’était-il?

Sa réponse fut tout à fait normale. La jeune femme se senti terriblement mal. Il lui disait n’avait aucune arrière-pensée. Elle n’avait pas voulu insinué qu’il en avait, mais elle avait simplement demandé. Puis il reparla du dîner gratuit qu’il lui proposait. C’était vrai qu’un repas qu’elle n’aurait pas besoin de payer serait bien et probablement profitable pour son portemonnaie. Et effectivement, elle n’aurait probablement jamais dépensé 150 dollars pour un diner au restaurant. Elle l’aurait dépensé à l’épicerie pour les courses car mourir de faim n’était pas une option, mais pas pour autre chose. Néanmoins, il y eu un truc qui la mise mal à l’aise. C’était terriblement anodin, mais c’était quand même là et vu ce dans quoi elle pataugeait, c’était simplement normal qu’elle n’apprécie pas cette formulation. Ne pas la manger. En était-il certain? Et si ce n’était pas lui qui allait la manger peut-être que l’endroit où il l’amenait allait le faire pour lui. Après elle faisait ça elle aussi. Peut-être était-il comme elle, dans la même situation, occupant le même rôle. Son malaise se lut surement immédiatement. Mais elle n’aimait pas ça. Même s’il n’avait pas l’air dangereux. Peut-être ne l’était-il vraiment pas, mais qui savait.

Cette insistance pour qu’elle monte sur la moto la rendit encore plus soucieuse. Lui y monta néanmoins. Elle l’observa, visiblement pas décider à la suivre. Il lui posa alors une autre question. Qui cette fois ce fut à elle de ne pas en revenir. Pourquoi cela la gênait qu’il puisse être un maniaque?

« Je n’ai pas envie de me faire découper ou manger justement. »

Sa nervosité avait certainement pu se sentir dans le ton avec lequel elle avait répondu. Elle ne connaissait pas cette homme et là il voulait l’amener elle ne savait ou. Son ventre gronda de nouveau et elle dû se retenir pour ne pas lui dire de se la fermer, elle réfléchissait. Vraiment, elle devait manger, mais elle ne savait pas si elle pouvait suivre cet homme. Karmina décida alors quelque chose. Elle garderait son téléphone dans ses mains prêtes à appuyer sur la touche du numéro d’urgence. Comme ça si quoi que ce soit arrivait, elle pourrait au moins avertir Mary… Elle fouilla alors dans son sac et sortie son téléphone et le garda dans ses mains. Elle avoua néanmoins, pour ne pas vexé le mécanicien qui était très gentil malgré tout.

« Ce n’est rien de personnel, mais je ne suis pas du pays, je ne vous connais pas, je ne suis pas des plus à l’aise à vous suivre. Donc je garderai mon téléphone en main. »

Et elle pourrait toujours lui asséner des coups de sac s’il tentait quoi que ce soit. Mais s’ils se rendaient dans le lower, elle n’aurait surement qu’à montrer son tatouage pour être en sécurité… Avant de monter sur la moto donc, elle attacha donc ses cheveux, dévoilant sa nuque. Elle s’approcha ensuite et un peu maladroite grimpa derrière le mécanicien. Serrant son téléphone dans sa main du plus fort qu’elle le pouvait pour ne pas l’échapper. Si quelque chose tournait mal, elle allait tellement se faire tuer.

« Désolée, je ne voulais pas vous vexer. »
avatar
Karmina Lolth
Ghoule
Ghoule

Citation : Rescue me somehow...
Féminin Messages : 30
Bloods : 57
Date d'inscription : 17/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Castiel Willer le Lun 1 Sep - 8:50

Alors que la jolie fille avait annoncé comme une évidence qu'elle ne voulait pas se faire manger ni découper Castiel sentit qu'elle était anxieuse.
Bordel, il inspirait tant la non confiance ? Et puis c'était bizarre, souvent les femmes se sentaient un peu flattée d'être en compagnie du mécano, alors qu'elle, elle ne pensait qu'au meurtre, au diable et peut être même pire : au viol.
Il soupira en souriant, n'en revenant toujours pas. Soit c'était qu'il avait une sale gueule au point d'effrayer les jeunes filles maintenant, soit elle avait un sérieux problème. Il ne se sentit pas vexé, plutôt gavé. Elle allait dire qu'elle crevait la dalle, qu'elle avait pas pleins de dollars à dépenser et elle faisait sa mijaurée pour aller manger un bon repas à l'italienne dans le Little Italy gratuitement, qui plus est il réparait son scooter ! Qui refusait ça sérieusement ? Quand il vivait dans la rue, Willer aurait refusé ça pour rien au monde, à moins qu'un suceur de sang lui aurait fait l'offre, mais peu probable, ces saloperies ne pourraient jamais goutté les délicieuses pizza du little italy ! Ni les pattes ! Ni les différents vinaigres et huiles à se taper le cul par terre.
Il la regarda de travers, levant un de ses sourcil, elle devait venir d'une autre planète. Ou elle avait jamais mangé de bonne bouffe de sa vie. Il tourna la tête en soupirant encore une fois, ne prenant pas la peine de répondre.
Ce fut peut être pour ça, ou pas, qu'elle de son côté attrapa son téléphone et annonça que ce n'était rien de personnel bien que ça avait tout l'air, avec cette obstination. Enchaînant qu'elle n'était pas d'ici et qu'elle était pas à l'aise avec lui, parce qu'elle ne le connaissait pas, ainsi elle garderait son portable à la main. Si il avait vraiment eu envie de lui faire du mal il aurait refermé la porte du garage et le mal serait déjà en exécution, elle pensait vraiment que dans le Bronx il suffisait d'avoir un portable dans les mains pour assurer sa sécurité, bien sur que non. Mais maintenant qu'elle était enfin décidée il allait pour rien au monde la refaire changer d'avis, que ça ne dure pas encore 3heures. Il ne prit pas la peine de répondre encore une fois à ces inquiétudes.
Elle s'attacha les cheveux, et monta enfin derrière le mécano.

Elle s'excusa de l'avoir vexé.
Il sourit.

La moto démarra dans un boucan infernal, mais il adorait se bruit. Il attrapa son casque posé sur une des voitures garées l'enfila à sa passagère, il leva la main pour refermer la vieille porte du garage d'un coup sec, la taule fit plus de bruit que la bécane. Pour ce qui était  du casque, il ne voulait pas esquinter la fille en moto si il arrivait quoi que se soit, alors il préférait qu'elle porte son casque, elle choisissait ensuite d'être responsable ou pas. Il ne prit donc pas la peine de regarder ce qu'elle en faisait.

Il démarra et décampa à toute vitesse. Le vent filait autour de lui, il aimait tant ça, cette sensation de légèreté et de danger. Il roulait plus vite que la moyenne, confiant. Il faisait ça à chaque fois qu'il prenait le guidon de cet engin du diable et il adorait. Quand il s'arrêtait au feu rouge, il reprenait son souffle puis recommençait au vert. Sa conduite restait pourtant douce, prenant les virages comme il caresserait les hanches d'une belle femme, ralentissant sans à coups en douceur et accélérant petit à petit. Il profita de cet instant sur la route, les lumières des lampadaires, des fenêtres, des enseignes, des phares de voitures illuminaient le chemin de part et d'autre de leur voie en zigzague entre les autres véhicule. La nuit gagnait dans le ciel doucement et la vision de ses lumières passant à vive allure autour de lui, plutôt dirai je, d'eux, lui plaisait grandement, l’apaisait même ! Son exaspération partit en fumée dans le pot d'échappement de la moto, quant à elle, sa moto, elle grognait à chaque accélération et son ronronnement agressif raisonnait entre chaque voitures qu'il dépassait.
Une fois arrivés au restaurant dont Castiel parlait, il se gara sur le trottoir. Il y avait un peu de monde dans la rue, un peu dans le restaurant aussi, ce n'était pas bondé non plus, parfait !
Il descendit, jouant avec les clefs de l'engin il se dirigea à l’intérieur et vit Marzio le mec qui lui devait un service, il était aussi le gérant cuisinier du restaurant, c'était un homme bedonnant, qui bien qu'amicale et chaleureux, cherchait constamment à draguer les jolies femmes. Quand celui ci le vit il lui sourit et fit signe d'approcher, ce que Willer comptait faire.
Marzio sourit à la jeune fille aussi, d'un air séducteur et Castiel lui tapa sèchement l'épaule pour le rappeler à l'ordre.

« Castiel ! buongiorno ! Ça faisait longtemps, je t'offre quelque chose ? »

Il sourit et répondit :

« Un bidon d'essence, et une réduction sur deux repas. »

L'homme bedonnant s'essuya les mains pleines de farine sur son tablier et entama la pas vers l'arrière cuisine.

« C'est comme si c'était fait, installez vous, je vous envoie quelqu'un ! »

Le chasseur de vampire fit signe de la tête à la jolie fille de le suivre et il les amena à s'asseoir sur une petite table au fond du restaurant, des canapés en cuir rouge en guise d'assise près de la fenêtre qui donnait sur la rue éclairée comme à Versailles par des lumières bien moins chiques mais tout aussi belles, les enseignes, les lampadaires, les phares de voiture.
Ce coin là était calme et les agressions étaient rares, c’était peut être pour ça que Castiel aimait cet endroit sans y venir souvent.
Le serveur arriva et demanda à chacun ce qu'il voulait manger, ce fut une bière et des pattes au pesto pour Castiel, depuis le temps qu'il n'en avait pas mangé. Les commandes arrivèrent vite, pour sûrement le plus grand bonheur de la jeune fille, il s'en doutait en tout cas.
Puis le mécano se décida à briser le silence :

« Je ne connais toujours pas ton nom au juste, tu es ? »

Il bu un peu de sa bière et continua :

« Je veux pas être indiscret, surtout que tu es super angoissée comme fille, mais quand même, parle moi un peu de toi, qu'est ce que tu fais dans la vie ? Qu'est ce qui t'a emmené jusqu'à New York, ou jusqu'à chez moi si tu préfères. »

Il s'appuya sur le dossier et regarda la fille dans les yeux, attendant patiemment sa réponse.



Surprise mon con ! La vie est pas si moche tu vois ?
« Ta gueule dieu, je t'emmerde. »
avatar
Castiel Willer
Administrateur
Administrateur

Citation : Et ma clé à molette dans ta gueule.
Masculin Messages : 376
Bloods : 193
Date d'inscription : 10/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Karmina Lolth le Jeu 11 Sep - 14:07

Quand même, pour la comprendre il fallait se mettre à sa place. Certes il y avait le fait qu’elle ne venait pas du coin, qu’elle ne connaissait pas les lieux. Ça c’était ce qu’elle disait ouvertement. Car comme beaucoup de chose, il y avait deux côté à une médaille. La sienne était particulièrement sanglante contre son gré. Du coup tout la rendait méfiante et c’était compréhensible, mais encore fallait-il être conscient de cela. La jeune femme à la peau mate n’était pas la meilleure de menteuse. Loin de là, mais elle savait se débrouiller, elle n’avait pas vraiment le choix. Tout était bien compliqué dans le revers de cette médaille. Elle aurait bien préféré être la simple étudiante étrangère et peureuse peut-être même parano. Même si de nature elle avait tendance à faire confiance aux gens. Elle croyait en la bonté de l’humanité, elle voulait aider cette dernière et aider son prochain était son but principal. Sa raison de vivre. Mais la vie était pleine de rebondissements, parfois bon, parfois moins qui rendait un chemin voulu très simple très sinueux et cahoteux. D’une autre part il fallait surement se dire que rien n’arrivait pour rien et que tout avait des répercutions positive à un certain point. Mais malgré cela, il restait parfois terriblement dur de pouvoir les voir d’avance. Ces éléments positifs pouvaient être cachés derrière d’énormes draps sombres. Mais comme il le fallait, on continuer à avancer. Même si on n’avait du mal à voir où est-ce qu’on se rendait. Qu’importe garder espoir était une qualité que la jeune femme avait, elle la portait dans son cœur et restait positive le plus qu’elle le pouvait. Qu’elle sache ou non, que les sentiers soient clairs ou sombres, tant que le but était le même, elle devait continuer d’avancer sans arrêter.

Parlant d’avancer, cette fois elle allait le faire sur le derrière d’une moto, terriblement bruyante. Ayant mis son casque de scooter elle s’était agripper à l’homme qui conduisait. Ce n’était pas qu’elle n’était pas à l’aise, mais on pouvait sentir la légère insécurité dans la poigne de ses doigts qui se refermait sur le tissu de son haut. Il avait beau bien conduire, il conduisait plutôt vite, trop vite pour sa sécurité. Elle n’avait donc pas bougé et était resté tranquille, immobile et sage tout au long du chemin. Ses yeux avait quand même suivi la lumière des lampadaires. Le jour disparaissait et laissait sa place à l’obscurité, plus rien ne serait sécuritaire quand elle pourrait rentrer chez elle. Présentement néanmoins elle n’avait pas le choix, elle devait attendre et simplement prier pour passer inaperçu et se fondre dans la masse. Et si elle était repéré que cette cerise de tatouer sur sa nuque la sauverait des problèmes éventuels qui pouvaient survenir sans prévenir. Sortant de l’ombre, c’était le cas de le dire dans ce cas précis. Qu’importe….

Ils s’arrêtèrent finalement et Karmina reconnue le restaurant, elle n’y avait jamais mangé, mais elle était passée devant quelques fois. Ce n’était donc pas une région de la ville qui lui était inconnue. Cela la rassura et elle parut bien plus détendue qu’au garage. Elle sourit au cuisinier, mais ne répondit pas vraiment, timide malgré tout. La jeune femme suivi alors le mécano pour prendre place à la table que ce dernier avait choisie. Ses yeux regardèrent par la fenêtre la rue encore animée malgré le fait que le soleil était couché. Les lumières étaient vivantes et cela ne changeait pas grand-chose à la vie de jour. Si ce n’est que l’on pouvait voir des visages que l’on n’aurait pas pu voir de jour. À cette pensé, la jeune femme décida de détacher ses cheveux. Le menu arriva et elle fit son choix sur quelque chose de simple et peu cher. Comandant ses spaghetti sauce à la viande, la jeune femme resta néanmoins discrète, un léger sourire aux lèvres, mais c’était facile de voir que c’était naturel. Elle ne souriait pas, ce n’était que son expression qui était douce et légère.

Ce fut le mécano qui brisa le silence une fois que les assiettes furent arrivées. La jeune femme releva les yeux et sourit.

« Ho, pardon! Je m’appelle Karmina. »

La jeune femme ne mentionna pas son nom de famille, mais sérieusement qui d’autre avait un prénom comme le sien. Ce n’était pas très dur à retrouver. Mais ce que le mécano rajouta par la suite lui fit faire une moue.

« Je ne suis pas "super angoissée", je suis prudente, à croire que vous ne regardez pas beaucoup les nouvelles. » Elle lui fit une petite grimace amicale, mais elle ne le prenait pas vraiment mal. Évidemment, elle ne lui montrerait pas l’envers de la médaille, seulement une seule face, la plus belle.

« Je suis ici pour mes études, j’étudie en médecine. Et puis je suis tombé sur votre garage par hasard en rentrant à pied. Sinon il n’y a pas grand-chose à dire sur moi, je suis plutôt platonique comme personne! »

Avait-elle fini avec un petit sourire amusé, car si on ne parlait que de sa vie d’étudiante, excepté ses devoirs, ses études et ses cours, elle ne faisait pas grand-chose quoi. C’était l’envers de la médaille qui était moins beau malheureusement.
avatar
Karmina Lolth
Ghoule
Ghoule

Citation : Rescue me somehow...
Féminin Messages : 30
Bloods : 57
Date d'inscription : 17/07/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Castiel Willer le Mer 17 Sep - 11:24

La jolie gamine s'appelait Karmina. Karmina, il n'avait jamais entendu ça. Ça sonnait pas anglo-saxon et maintenant qu'il y pensait, elle avait un léger accent qu'il ne reconnaissait pas. À New York on avait droit à tous les pays du monde, par ailleurs ce n'était pas pour rien que  cette ville était nommée la ville la plus européenne du monde. Depuis le temps qu'il y vivait il entendait tout ces gens parler avec des accents, il y prêtait peu voir plus attention, il était habitué. Les seuls personnes qui lui tapait dans l'oreille c'était Marzio et une blondinette qu'il avait croisé à Manhattan. Marzio c'était affolant. Son accent était si prononcé qu'on ne le comprenait parfois pas. Et comme si ça ne suffisait pas, il remplaçait des mots italiens par des mots anglais en plein milieu de ses phrases. On imaginait que l'apprentissage de la langue était tout frais pour lui, il n'en était rien, cela faisait des années qu'il habitait ici, c'était juste un flemmard. Quant à la blondinette elle parlait comme une anglaise et il n'avait jamais entendu de pareilles intonations. Toutes les consonances faisaient penser à l’Angleterre, la façon dont elle parlait était atypique.
Mais Karmina, il ne reconnaissait rien dans sa façon de parler, elle devait être d'une minorité ''minoritaire''.
Puis elle sembla se vexer, annonçant que ce n'était pas une angoissée, mais qu'elle était juste prudente car elle regardait les nouvelles, il fallait croire que Castiel pas assez.
Il rit doucement sans se cacher. Tout le monde était contrôlé par les médias. Quant à lui, il ne s’intéressait peu aux faits divers de New York ou d'autres villes. Seuls les problèmes d'ordre mondiaux l’intéressait. Les journalistes ils disaient un peu ce qu'ils voulaient et lui il croyait que ce qu'il voyait. Alors voire que Madame ''tout le monde'' s’était fait poignardée dans une ruelle, il s'en fichait un peu, surtout que selon les journaux elle avait 25, 47 ou 16 ans, elle était morte sur les lieux, puis dans l'immeuble à côté ou dans une poubelle et on avait le coupable, ah non en fait selon lui c'était une coupable, et puis merde pour certains le criminel courait toujours. Des conneries.
Mais Karmina était une jeune fille belle et seule dans une ville qui entrait dans la nuit profonde, Castiel comprenait que ça pouvait faire peur, elle aurait sûrement encore plus peur si elle savait ce qui l'attendait au coin des rues, prêt à la vider de son sang. Il sourit amicalement, amusé par l'inquiétude de la jeune fille, bien qu'il comprenait, lui, il ne se posait jamais la question. Son physique était plutôt sécurisant, il valait mieux vu son activité. Hunter demandait tant de force, Castiel avait toujours été musclé de son adolescence à aujourd'hui, mais depuis qu'il combattait secrètement les vampires, son corps n'avait été fait que de muscles puissants, car la force de ces monstres suceur de sang était considérable et il fallait en avoir dans tout le corps pour les affronter.
Elle continua sa présentation concise, elle était étudiante en médecine. Quelque chose de prestigieux selon Castiel et d'utile qui plus est, en vu de sa situation.
Il hocha la tête en guise de réponse et entama un peu plus son assiette, Castiel mangeait rapidement, mais savait profiter du goût, car ces pattes au pesto étaient un vrai régal. Bientôt Marzio arriva en peinant vers leur table, il traînait un bidon d'essence avec ses deux petits bras, il titubait et suait à grosse gouttes, il avait du traverser les cuisines pour avoir chaud ou plutôt il fallait qu'il perde un peu de poids. Castiel se leva pour mettre fin à sa souffrance, Il attrapa le bidon d'une main et le posa sur la table, sous le poids de celui ci les assiettes sursautèrent légèrement, Castiel se tourna vers Marzio afin de lui posé une question, mais celui ci s'était adressé à Karmina plus vite que la lumière, il prit un air enjoleur :

« Est ce que tout va bien pour vous ma... demoiselle ?  Vous désirez peut être autre chose beauté …? »

Castiel lui tapa violemment l'épaule, la droite cette fois ci.

« Arrête ça Marzio. »

Pendant que Marzio se frottait l'endroit ou Castiel l'avait cogné, ce dernier sortit des poches arrières de son jean, son porte-feuille et inspecta l’intérieur du bout des doigts.

« Je te dois combien ?
- 40$, 0 si tu t'occupes de ma camionette.
- Je t'ai déjà dit de la foutre à la casse, tu n'en tireras rien. »

Il tendit les 40$.

« Castiel ! S'il te plaît, fais quelque chose, j'y tiens à cette camionnette, elle était à mes parents, je te donnerai ce qu'il faudra !
- Les réparations dépasseraient la valeur vénale de ce tas de féraille, même ton assureur ne voulait pas en entendre parler. Lâche l'affaire Marzio. »

Il glissa les billets dans la petite poche de son tablier de cuisinier, et lui serra la main tout en le remerciant, Marzio n'insista pas, il repartit en cuisine. Castiel se rassi, il continua à manger et finit son assiette en très peu de temps. Il regarda dehors, il faisait complètement nuit et il se dit qu'il n'allait pas tarder à partir, mais avant de s'abandonner à ses nuits vides et noires, il devrait peut être s'occuper du scooter, cela lui fit penser :

« Tu veux rentrer en taxi chez toi et revenir chercher ton bolide au minimum demain matin, il posa son porte feuille sur la table car il comptait bien payer le taco, ou je m'en occupe ce soir et tu rentres avec après ? »



Surprise mon con ! La vie est pas si moche tu vois ?
« Ta gueule dieu, je t'emmerde. »
avatar
Castiel Willer
Administrateur
Administrateur

Citation : Et ma clé à molette dans ta gueule.
Masculin Messages : 376
Bloods : 193
Date d'inscription : 10/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lucky or not

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum